Claude-Louis DESRA IS (Paris, 1746 - 1816),... - Lot 361 - Osenat

Lot 361
Got to lot
Estimation :
3000 - 5000 EUR
Result with fees
Result : 5 250EUR
Claude-Louis DESRA IS (Paris, 1746 - 1816),... - Lot 361 - Osenat
Claude-Louis DESRA IS (Paris, 1746 - 1816), attribué à «Napoléon devant la colonne de Rossbach» Plume et encre brune, lavis, crayon, rehauts de blanc. Sous le dessin, l’annotation à l’encre comportant des ratures qui fut repris dans la gravure : L’Empereur Napoléon le grand, à la tête de ses troupes victorieuses en traversant la plaine de Rosback le 18 Octobre 1806, trouva sur son passage la colonne injurieuse aux français, laquelle Frédéric Roy de Prusse avoit fait élever pour éterniser sa gloire pendant la guerre de sept ans , notre nouveau César saisi d’indignation, ordonna que cette infâme monument fut abattu sur le champ et transporté à Paris. 24 x 41 cm à vue On joint la gravure correspondante aquarellée (30 x 42 cm), en contrepartie, éditée « À Paris chez Jean, Md d’Estampes Rue St-Jean de Beauvais N° 10 ». Claude-Louis Desrais acquit une notoriété pour ses figures de mode des Costumes français de la Galerie des modes réalisées entre 1778 et 1787, mais aussi pour ses dessins représentant les petits métiers et scènes de la vie quotidienne parisienne. Neveu d’Étienne Desrais, directeur de l’Académie de Saint-Luc, il eut pour maîtres Cochin et Francesco Casanova. Admissible à l’Académie royale en 1771 et 1772, Desrais abandonna la peinture au profit du dessin et de l’eau-forte, publiant à ses frais des gravures de circonstance, puis travaillant pour les libraires-éditeurs comme Desnos ou Costard. Sous l’Empire, il se spécialisa surtout dans la production de portraits officiels, de suites de costumes militaires et de scènes historiques. Notre dessin représente un épisode célèbre des guerres napoléoniennes : le renversement et l’envoi en France, en 1806, de la colonne érigée à Rossbach commémorant la victoire de Frédéric II de Prusse sur les troupes françaises en 1757. Plutôt que le démontage de la colonne, l’artiste choisit de représenter le moment où Napoléon entouré de son armée découvre le monument. La plume alerte détaille les habits des grognards, des fusil
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue