LETTRES DE SOLDAT.BAINE (Charles de Biarnois... - Lot 15 - Osenat

Lot 15
Got to lot
Estimation :
800 - 1000 EUR
Result without fees
Result : 2 800EUR
LETTRES DE SOLDAT.BAINE (Charles de Biarnois... - Lot 15 - Osenat
LETTRES DE SOLDAT.BAINE (Charles de Biarnois de). Correspondance de 26 lettres à son épouse Constance Rouyer (2 incomplètes). 26 avril 1805-18 novembre 1809. Très belle correspondance d'un aide de camp du général Marie-François Rouyer (oncle de sa femme), portant les grades de capitaine puis de chef d'escadron. Les plus belles lettres sont expédiées lors des campagnes d'Autriche (1805), de Prusse (1806) et de Pologne (1807), alors que le général Rouyer servait dans la division du général Dupont de L'Étang, successivement sous les ordres des maréchaux Ney, Mortier, Soult puis Bernadotte. Engagé en 1792, Charles de Baine servit continûment jusqu'en 1815, ayant atteint le grade d'adjudant commandant en février 1814. Campagne d'Austerlitz ? Albeck près d'Ulm, 18 vendémiaire an XIV [10 octobre 1805]: «? Nous sommes à trois lieues de Ulm où l'ennemi est en force et que nous comptons attaquer demain matin. C'est hier seulement que nous les avons rencontrés et que nous les avons forcé de nous céder la place, les autres divisions de l'armée se sont aussy battues, et partout jusqu'à présent nous avons eut l'avantage, j'espère que cela continuera, le malheur c'est que depuis trois jours il fait une pluye affreuse et que nous sommes mouliés comme des canards? Nous couchons à présent sur la paille et nous avons difficilement des vivres, il faut espérer que cette pénurie ne continuera pas, ce serait fort malheureux? ? Sur la rivière Brenz, près d'Ulm, 21 vendémiaire an XIV [13 octobre 1805]: «C'est avant-hier? que nous avons eut notre p[remi]ère affaire [bataille de Haslach-Jungingen], et pour commencer elle a été vigoureuse, nous n'étions que 5000 hommes. Nous nous sommes battus contre 36000 hommes et nous sommes restés maîtres du champ de bataille, nous avons fait 3000 prisonniers, pris un drapeau et 4 pièces de canon. La bataille a duré depuis midy jusqu'à 6 heures du soir, nous nous en sommes tiré sain et sauf mais nous l'avons échapé belle, car le feu a été très vif, j'ai eu
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue