SAINTE-HÉLÈNE. - LAS CASES (Emmanuel Auguste... - Lot 69 - Osenat

Lot 69
Got to lot
Estimation :
20000 - 25000 EUR
Result without fees
Result : 52 000EUR
SAINTE-HÉLÈNE. - LAS CASES (Emmanuel Auguste... - Lot 69 - Osenat
SAINTE-HÉLÈNE. - LAS CASES (Emmanuel Auguste Dieudonné de). Lettre signée «Le Cte de Las Cases» avec quelques ajouts et corrections autographes, écrite de la main de son fils Emmanuel Pons Dieudonné de Las Cases, adressée à HUDSON LOWE, avec apostille autographe de ce dernier. «De ma prison de Balcomb's cottage, au secret, en vue de Longwood», 19 décembre 1816. 31 pp. 1/2 dans un cahier broché de 40 ff. de papier anglais filigrané «Jansell 1811» et «D & Co 1813», quelques annotations postérieures au crayon résumant les principaux points. Le tout monté dans un volume in-folio à dos lisse et coins de maroquin vert sombre avec tête dorée, coiffes et coins un peu frottés (Semet & Plumelle). Les «griefs de Sainte-Hélène» CÉLÈBRE DÉNONCIATION DES CONDITIONS DE DÉTENTION DE L'EMPEREUR sur l'île de Sainte- Hélène, la présente lettre, d'une longueur exceptionnelle, évoque les bassesses d'Hudson Lowe, les vexations subies par Napoléon et son entourage, aborde les questions matérielles et financières, détaille les restrictions apportées aux déplacements, aux visites à Longwood, à la correspondance. Las Cases y consacre également un important passage à sa propre situation. Arrêté avec son fils le 21 novembre 1816 pour avoir tenté de faire sortir clandestinement de l'île une lettre à Lucien Bonaparte, Las Cases fut logé à partir du 28 novembre à Ross Cottage, maison de William Balcombe. Lors de cette détention, il rédigea le présent manuscrit exprimant son opinion sur la situation de Napoléon, et, le 29 décembre, le confia empaqueté au major Gideon Gorrequer, aide de camp du gouverneur, pour qu'il soit remis cacheté entre les mains du brigadier-général George Bingham, commandant les troupes britanniques de l'île: ce dernier devait en donner simultanément communication aux Français et aux Britanniques. Hudson Lowe mit cependant la main sur le manuscrit, ne le communiqua pas à Napoléon, et, en février 1817, l'expédia accompagné de commentaires personnels au ministre de la Marine e
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue