36. BONAPARTE (Napoléon). Lettre autographe... - Lot 36 - Osenat

Lot 36
Got to lot
Estimation :
4000 - 5000 EUR
Result with fees
Result : 32 500EUR
36. BONAPARTE (Napoléon). Lettre autographe... - Lot 36 - Osenat
36. BONAPARTE (Napoléon). Lettre autographe signée « Napolione Di Buonaparte », adressée à Hyacinthe Arrighi de Casanova. [Paris], « Le 27, mardi » [septembre 1785]. 2 pp. in-12, adresse au dos, quelques taches, manque de papier au feuillet d'adresse sans atteinte au texte. « Si monsieur de Casaneuve est curieu de voir un de ses compatriotes, un de ses parents, en un mot une persones qui lui est attaché[e], il ora qu'à se donner la peine de venir jusqu'à l'École royale militaire. C'est là où il trouvera son très humble et très afectioné serviteur Buonaparte fils qui lui témoignera de vive voix la reconoicence des démarches qu'il a fait[es] pour le placer, et encore bien d'otre[s] choses. Il est prié de le faire au plutôt et de venir me[r]credi, ou vendredi, ou samedi, ou leundie &c., depuis 9 heur[es] ou à 4 heurs, ou jeudi à 9, 10, 11 heures. Vous devez savoir que je vous marque les heures parce que nous ne somme libre[s] que dan ces instents, et dans tout autre temps je ne pouroi[s] avoir l'honneur et le plaisir de vous embrasser. Je vous prie cependent, si vos afaire[s] vous le permet[nt], de venir me[r]credi ou jeudi. Adieu, mon cher cousin, je voudrai[s] bien avoir la liberté de sortir, je serai déjà venue vous assurer de mes recepts [sic pour « respects »] et de ma reconoicence... » UNE DES TOUTE PREMIERES LETTRES CONNUES DE NAPOLEON BONAPARTE, alors âgé de seize ans. UN DES BIENFAITEURS DU JEUNE NAPOLEON BONAPARTE. L'avocat Hyacinthe Arrighi de Casanova, époux d'une cousine germaine de Letizia Bonaparte, permit par ses démarches que Napoléon Bonaparte soit accepté à l'École royale militaire de Paris en octobre 1784. Il joua ensuite un rôle politique important en Corse sous la Révolution et devint représentant du Golo au Corps législatif en 1800. Napoléon Bonaparte le nomma préfet du Liamone en 1803, puis préfet de la Corse réunie en 1811. Ses enfants mèneraient des carrières ecclésiastiques et militaires, comptant parmi eux un évêque, un grand vicaire, deux officiers subalternes (morts en service sous l'Empire), et surtout un général de division élevé par Napoléon Ier au rang de duc de Padoue. Napoléon Ier, Correspondance générale, Paris, Fayard, vol. I, 2004, n° 3, avec date de novembre ou décembre proposée erronément. – Gérard Gengembre, Napoléon Bonaparte l'empereur immortel, Paris, Éditions du Chêne, 2002, reproduction photographique p. 238.
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue