CAMPAGNE DE FRANCE

Lot 33
Aller au lot
6 000 - 8 000 EUR
Result : 12 500 EUR

CAMPAGNE DE FRANCE

Registre d'ordres du maréchal Alexandre Berthier, major général de la Grande Armée. [Grand quartier général Impérial, 1814]; in-4 de 183 pp. manuscrites, reliure de l'époque, maroquin à long grain rouge, roulette dorée en encadrement sur les plats, inscription dorée Major général, n°7 au centre du premier plat, dos lisse orné de roulettes dorées, tranches dorées. Précieux document manuscrit, à plusieurs mains, ayant appartenu à Louis-Alexandre Berthier, major général de la Grande Armée (c'est à dire chef d'état-major des armées) de 1804 à 1814. Il contient la copie d'environ 500 ordres donnés depuis le Grand Quartier Général aux maréchaux et généraux commandant les corps entre mars et avril 1814. Cet ultime registre d'ordres de la Grande Armée constitue un document historique capital de l'épopée impériale. Le registre commence à Fismes le 5 mars 1814 à 11 heures du matin par un ordre donné au général Drouot. Au fil des pages d'autres acteurs prestigieux sont apostrophés, envoyés, rappelés, détournés: le prince de la Moscowa, le duc de Trévise, le duc de Raguse, les généraux Grouchy, Friant, Sébastiani, Molitor, etc. Le volume offre un tableau saisissant de la chute militaire de l'Empire. On suit l'évolution de la campagne des batailles de la Marne à l'abdication de Fontainebleau. Le 5 avril 1814 à 3 heures du matin, le recueil donne un dernier ordre de Napoléon: « A M. le duc de Trévise... L'Empereur ordonne que vous teniez aujourd'hui au quartier général de M. le duc de Raguse, sur Essonne et que vous préveniez vos avant-postes d'être sur le qui-vive, car il est possible que l'ennemi attaque. » Napoléon ne le sait pas encore mais Marmont a déjà capitulé. Témoin du chaos dans lequel sombre l'Empire, les pages suivantes sont biffées, les 15 ordres du 5 avril à 11 h du soir ayant été révoqués. Le travail de consignation reprend le 9 avril 1814 et Berthier donne à 7 maréchaux et à 16 généraux chefs de corps les « ordres en conséquence de la Convention » ainsi que le texte de l'armistice. Le prince de Wagram précise: « à la réception de cette lettre, toutes les hostilités doivent cesser ». Voici comment Napoléon juge le travail de Berthier dans les Mémoires de Sainte-Hélène: « Il expédiait (...) tous les ordres et les différents détails particuliers avec une régularité, une précision et une promptitude admirables...; c'est un travail pour lequel il était toujours prêt et infatigable. Voilà quel était le mérite spécial de Berthier; il était un des plus grands et des plus précieux pour moi, nul autre n'eût pu le remplacer ». Beau et passionnant recueil. L'encre est parfois très passée.- Étiquette de Guillot, marchand papetier, rue et porte Saint-Jacques sur le premier contreplat
My orders
Sale information
Sales conditions
Retourner au catalogue