1965 PORSCHE 911 2,0 "SWB"

Lot 127
Aller au lot
90 000 - 120 000 EUR

1965 PORSCHE 911 2,0 "SWB"

Numéro de série 300601 - Moteur 901/01-1026-901126
L’une des 1000 premières Porsche 911
Vendue neuve en France
Troisième et actuel propriétaire depuis 2007
Eligible au programme 2,0L Cup de Peter Auto
Carte grise française de collection

La génèse de la plus célèbre des voitures de sport fut longue et semée d’embûches, mais cela en valait la peine. En effet, l’idée d’une évolution à la 356 naît dans la tête de Ferry Porsche dès le milieu des années 1950. En 1957, il confie le style à Albretch Goertz, ceci débouchant sur la maquette Type 965, or, cette étude déçoit Ferry qui fait découper une 356 en deux, puis confie une première partie à Goertz et une seconde à l’équipe de l’usine. C’est cette dernière qui obtiendra les faveurs du patron. Le Type T7 apparaît en 1959 et s’avère particulièrement proche de ce qui deviendra la 911, seul l’arrière sera revu sous le crayon de Butzi. En 1961, le dessin est arrêté, reste désormais à mettre au point la voiture. C’est pourquoi une dizaine de prototype est construite, jusqu’à la présentation officielle au salon de Francfort 1963. La version de production adopte ainsi un moteur six cylindres à plat de 2,0 L de cylindrée développant 130 chevaux, qui, comme sur la 356 est en porte à faux arrière et refroidi par air. En 1964, seuls 82 exemplaires Type 901 furent produits. La véritable production commence en 1965, elle inaugure le célèbre Type 911 et deviendra au fil du temps, une légende.
Cette Porsche 911 fut livrée neuve en France, le 12 mars 1965. Il s’agit du numéro 300601, soit, l’une des toutes premières Porsche 911 livrées. Elle était alors peinte en Bali Blau, référence 6412. D’après son historique administratif, la voiture fut conservée par son premier propriétaire jusqu’en 1991 et sa reprise par un professionnel. Celui-ci la céda en 1997 et elle fut enfin acquise par son troisième et actuel propriétaire en 2007. Elle était alors à l’arrêt depuis de nombreuses années et d’ores et déjà peinte en Bahama Gelb référence 6605. C’est ainsi que fut entreprise une restauration de la voiture : En 2007, la voiture reçut de nouveaux clignotants, de nouveaux silencieux, soufflets de cardans, une batterie, un filtre à huile, de nouveaux carburateurs Weber refaits à neufs, de nouveaux vérins et quatre enjoliveurs en inox. Le pare-brise et ses joints furent remplacés, tandis que les étriers de freins furent restaurés. Le réservoir connut une réfection et deux nouveaux tamis. En 2008, de nouvelles bananes de parechocs avant furent installées avec leurs joints neufs, le coffre avant reçut lui aussi des joints neufs. Des durites de freins et de nouvelles plaquettes furent installées. Une paire d’antibrouillards avant Hella jaunes furent montés, ainsi que quatre jantes chromées. La boîte fut vidangée et le circuit de freinage purgé. Les deux échangeurs, les deux glaces de feux arrière, les six bougies et l’éclairage du coffre furent remplacés, tout comme les quatre pneus par des Michelin XAS. Enfin, l’écusson, les joints de vitre, la gache de porte gauche, et de nouveaux gicleurs et tuyau de lave glace furent commandés. En 2009, le moteur fut intégralement révisé, comprenant l’ensemble des joints, de la visserie, des roulements, le remplacement des durites, conduites et courroies, tendeur de chaîne, mécanisme d’embrayage. Le système d’allumage fut révisé et tous les cables furent remplacés. Enfin, les quatre amortisseurs Koni et les rotules avant de suspension furent remplacés. Les travaux sont documentés par des photos. En 2010, la carrosserie fut restaurée avec démontage quasi complet. Tous les joints furent remplacés par des neufs, tout comme les moulures de pare-choc et de bas de caisse, ainsi que les grilles d’aération avant et les bras d’essuie-glace. Les travaux sont documentés par des photos. En 2011, la voiture fut révisée au sortir de sa restauration carrosserie, et le poste de radio Becker fut remis en marche. En 2012, les bougies, le filtre à air et le faisceau d’allumage sont remplacés. Depuis lors, la voiture fut révisée en 2013, 2015, 2017 (réfection du démarreur) et 2019. En 2020, une nouvelle batterie fut installée et le contrôle technique fut passé en janvier dernier. Ce dernier ne laisse apparaître qu’un seul défaut mineur : un léger déséquilibre de freins arrière. Aujourd’hui, cette Porsche 911 2,0L est dans un très bel état général. Sa peinture réalisée il y a dix ans ne laisse apparaître que très peu de défaut et offre une belle présentation. Les accastillages et joints sont en bon état, ainsi que les vitrages. L’habitacle fut conservé dans son bon état d’origine. La sellerie ne laisse pas apparaître de défaut notable. Seul le ciel de toit présente un défaut dans l’angle de la lunette arrière. Le tableau de bord et ses plaquages bois sont en bon état d’origine, il s’habille d’un autoradio Becker Grand Prix. Le volant bois spécifique aux premières 911 est de bel aspect. Notons que le siège conducteur dispose d’un rare dossier / appuie-tête d’époque signé B.Mootz. Surtout, cette Porsche 911 fut restaurée pour être conduite, une tâche qu’elle réalise très bien. Nous avons pu en faire un essai routier et avons constaté un bon fonctionnement de l’ensemble mécanique de la voiture. Les montées en régime sont franches, les vitesses s’enclenchent sans craquer, et la tenue de route est bonne. La voiture affiche aujourd’hui 18 200 kilomètres au compteur, le moteur n’a ainsi parcouru que 8 500 kilomètres depuis sa réfection. Il s’agit ainsi d’une des plus anciennes 911 connues, parmi les 1000 premiers exemplaires fabriqués. Par ailleurs, il s’agit aussi d’une des rares 911 vendues neuves en France en 1965. Cette 911 est une véritable Porsche à collectionner !
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue