Joséphine de Beauharnais, attribué à. Robe...

Lot 449
Aller au lot
Estimation :
15000 - 20000 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 18 750EUR

Joséphine de Beauharnais, attribué à. Robe...

Joséphine de Beauharnais, attribué à. Robe en batiste écru à décolleté en « V » et manches ballons, brodée de fils de laine de couleurs d’une suite de branches d’oeillets. Travail du Premier Empire, entre 1805-1809 (petite déchirure sur l’épaule droite, usures d’usage et petits accidents). Provenance : Cette robe provient de Marguerite Lugon, marchande lingère de Joséphine. Elle aurait été donnée en souvenir à la lingère, lors du départ de l’Impératrice des Tuileries après son divorce. -Transmise à sa fille Marie Thérèse Bourdet (1790-1865). -Transmise à sa fille Estelle, épouse Mermilliod (1818-1872), -Transmise à sa fille Juliette épouse Dubois (1840-1918) -Transmise à sa fille Marguerite épouse Jeangirard (1877-1951). On retrouve d’ailleurs une photographie de la fin du XIXème siècle montrant Madame Marguerite Dubois-jeangirard portant cette robe lors d’un bal costumé. Puis descendance. L’Impératrice Joséphine Elle est donc restée dans la même famille de l’Empire à nos jours. Biographies : Marguerite Lugon, né le 18 juin 1765 à Paris, décédée le 21 janvier 1826 à Paris. Marchande lingère. Mariée à François Jacques Clément Bourdet. François Bourdet habitait au moment de son mariage en 1786 à l’église Saint Eustache rue Saint Sauveur en l’hôtel de Nenfermeil où il était employé comme cocher. Marie Marguerite Lugon était alors maitresse couturière en robe et demeurait rue Croix des Petits Champs. Lorsque Bourdet est devenu courrier des relations extérieures de Talleyrand (et non de l’Empereur), il s’est installé 27 rue du Caire et l’échoppe était rue Neuve Egalité (rue d’Aboutir aujourd’hui). Indépendamment de son activité de courrier, il profitait des ces voyages lointains (principalement en Turquie), pour importer les châles que sa femme vendait notamment à l’Impératrice Joséphine. OEuvre en rapports : On trouvera des modèles très proches de notre robe dans le Journal des Dames et des Modes, les illustrations n°630,640,644 (en l’an XIII) et n°977 (1809). Cf : illu
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue