Pierre Bonnard, 1867-1947

Lot 72
Aller au lot
20 000 - 30 000 €
Résultat : 45 000 €

Pierre Bonnard, 1867-1947

La maison à la Tourelle, Château de Virieu, aux environs de Grand-Lemps, vers 1888 Huile sur toile Signé en bas à gauche 19 x 24 cm (souvent décrit avec les dimensions erronnées de 19 x 29 cm) Bibliographie - Terrasse Antoine, Bonnard, Le Goût de notre temps, éditions Skira, Genève, 1964, reproduit en couleurs en p. 12 et décrit p. 112. - Nakayama Kimio, Pierre Bonnard, Bijutsu Shuppan-Sha éditions, Tokyo, 1968, n° 1. - Fermigier, Bonnard, éditions Abrams, New-York, 1969, décrit et reproduit p. 10. - Cogniat raymond, Pierre Bonnard,1977, reproduit en couleur p. 5. - Frêches-Thory Claire et Terrasse Antoine, Les Nabis, Flammarion, Paris, 1990, reproduit p. 82. - Dauberville Jean et Henri, Bonnard, catalogue raisonné de l'oeuvre peint, éditions Bernheim Jeune, Paris, 1992, décrit et reproduit sous le n° 1 p. 81 du Tome V (Tome i révisé et augmenté). Expositions - Pierre Bonnard, Royal Academy of Arts, Winter exhibition, Londres, 1966, n° 2, reproduit p. 77. - Centenaire de la naissance de Pierre Bonnard, Maison des arts de Munich, 8 octobre 1966-1er janvier 1967 et Orangerie des Tuileries, 13 janvier-17 avril 1967, préface d'Antoine Terrasse, rMn, Paris, 1967, décrit et reproduit sous le n° 1. - Pierre Bonnard, Tokyo-Kyoto, 1968, n° 1, reproduit en couleurs. - Bonnard, Villa Médicis, Rome, 18 novembre 1971-23 janvier 1972, n° 1. - Hommage à Bonnard, Galerie des Beaux-arts de Bordeaux, 10 mai-25 août 1986, décrit et reproduit sous le n° 1. - Pierre Bonnard, Palazzo Reale, Milan, 27 octobre 1988-8 janvier 1989, n° 1 - Pierre Bonnard, Fondation de l'Hermitage, Lausanne, 7 juin-13 octobre 1991. - Pierre Bonnard, Musée Maillol, Paris, 31 mai-9 octobre 2000, n° 3, reproduit en couleurs. - Pierre Bonnard, Museum of Art, Tel Aviv, 8 novembre 2000-10 février 2001, n° 3, p. 59. - Bonnard, Fondation Arpad Szenes-Viera Da Silva, Lisbonne, 11 juillet- 30 septembre 2001, reproduit en couleurs p. 13. «Dès 1887, Bonnard commence à peindre l'été au Grand-Lemps, dans la maison familiale du Clos, tout en poursuivant ses études de droit, il s'inscrit à l'Académie Julian où il rencontre Paul Sérusier, Maurice Denis, Gabriel Ibels et Paul Ranson, en 1888, il est licencié en droit et écrit à sa mère le 20 juillet: «J'éprouve un vrai sentiment de délivrance et je porte le deuil de mes études avec la plus grande allégresse. Ne t'imagine pas que j'arrive à Lemps pour faire de l'enregistrement. Je vais apporter une cargaison de toiles et de couleurs et je compte barbouiller du matin jusqu'au soir.» Ses «barbouillages» sont en fait de précieux petits paysages, comme celui-ci, «...qui font penser aux Corot d'Italie par la délicatesse des valeurs» (A. Terrasse, cat. d'exp. 1984, p. 241). Malgré son inscription à l'Académie Julian, plus libre que l'École des Beaux-Arts, il est évident que pour Bonnard la peinture française s'arrête à Corot. Cette ignorance ne durera pas très longtemps puisqu'en octobre 1888 Paul Sérusier revient de Bretagne avec le fameux Talisman peint sous la dictée de Gauguin et qu'il décide de constituer avec ses amis le groupe des Nabis.» Hommage à Bonnard, Cat exp. Bordeaux, 1986, p. 2. Bonnard joue avec l'ombre et la lumière, à l'heure où une grande partie du château se trouve à contre-jour. sous un ciel saturé de bleu, il compose avec les oppositions de couleurs ensoleillées ou ombragées des murs roses orangés et des herbes vertes. Sa compréhension de la lumière, qui construit les volumes et équilibre la composition, est déjà celle d'un maître. à ce stade de virtuosité, il ne lui reste plus qu'à s'affranchir du carcan classique, ce qu'il ne tardera pas à entreprendre. Oil on canvas 72/5 x 92/5 in. (often cited with the erroneous dimensions 72/5 x 112/5 in.) Signed bottom left Literature - Terrasse, A.: Bonnard, Le Goût de Notre Temps, skira, Geneve 1964, p.112, rep. col. p.12 - Nakayama, K.: Pierre Bonnard, Bijutsu Shuppan-Sha, Tokyo 1968, n° 1 - Fermigier: Bonnard, Abrams, New York 1969, p.10 (rep.) - Cogniat, r. 1977, p.5 (rep. col.) - Frêches-Thory C. & Terrasse, a.: Les Nabis, Flammarion, Paris 1990, rep. p.82 - Dauberville, J. & H.: op. cit., Tome V, Bernheim Jeune, Paris 1992, n° 1, p.81 (rep.) Exhibited - Pierre Bonnard - Royal Academy of Arts, London 1966, n° 2, rep. p.77 - Centenaire de la Naissance de Pierre Bonnard - Haus der Kunst, Munich / Orangerie des Tuileries, 13 January-17 april 1967, n° 1 (rep.) - Pierre Bonnard - Tokyo-Kyoto, 1968, n° 1 (rep. col.) - Bonnard - Villa Médicis, Rome, 18 november 1971-23 January 1972, n° 1 - Hommage à Bonnard - Galerie des Beaux-arts de Bordeaux, 10 May-25 august 1986, n° 1 (rep.) - Pierre Bonnard - Palazzo reale, Milan, 27 October 1988-8 January 1989, n° 1 - Pierre Bonnard - Fondation de l'Hermitage, Lausanne, 7 June-13 October 1991 - Pierre Bonnard - Musée Maillol, Paris, 31 May-9 October 2000, n° 3 (rep. col.) - Pierre Bonnard - Museum of art, Tel aviv, 8 november 2000-10 February 2001, n° 3, p.59 - Bonnard - Fondation Arpad Szenes-Viera Da Silva, Lisbon, 11 July-30 september 2001, p.13 (rep. col.) In 1887 Bonnard began to spend Summer painting at the family home in Le Grand-Lemps, he continued his law studies, but also enrolled at the Académie Julian, where he met Paul Sérusier, Maurice Denis, Gabriel Ibels and Paul Ranson. In 1888 he graduated in Law and wrote to his mother on July 20: ‘I feel a real sense of relief, and say farewell to my studies with all speed! Don't think I'm coming to work on registration. I shall bring a load of canvases and paints, and plan to be daubing from dawn till dusk.' His ‘daubings' were in fact small, dainty landscapes like this one, ‘whose delicacy evokes Corot's Italian landscapes.' - A. Terrasse, ex. cat. 1984 (p.241) Despite enrolling at the Académie Julian, which was less strict than the Ecole des Beaux-Arts, it was clear for Bonnard that French painting ended with Corot. His ignorance was shortlived. In October 1888 Paul Sérusier returned from Brittany with his famous Talisman, painted at Gauguin's behest, and decided to form the Nabis group with his friends. - Hommage à Bonnard, ex. cat., Bordeaux 1986 (p.2) Bonnard plays with light and shae at a time when most of the château is in shadow. Under an intensely blue sky he plays wth opposing colours, both sunny and shaded, the orangy-pink walls and green grass. His understanding of the light that constructs the composition's volumes and balance is already masterful. at this stage of virtuoso accomplishment, it only remained for him to free himself from his classical straitjacket which he would do without delay
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue