1961 ASTON MARTIN DB4 « SERIES III »

Lot 78
Aller au lot
Estimation :
350000 - 450000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 372 000EUR
1961 ASTON MARTIN DB4 « SERIES III »
Numéro de série 687L
Matching Numbers
Même propriétaire depuis 1977
Française d’origine
Configuration esthétique rare
Carte grise française

1958, Salon Automobile de Londres, Aston Martin présente une voiture entièrement nouvelle depuis le châssis jusqu’au moteur. Créant l’évènement autour de son stand, la marque anglaise vient de faire basculer sa production dans l’ère moderne et marque d’un pas prononcé son entrée dans la cour des grands. Avec 240 chevaux sous le capot tiré d’un moteur 6 cylindres en ligne à double arbres à cames en aluminium le tout alimenté par deux gros carburateurs SU HD8, la DB4 est un féroce concurrent aux Ferrari 250 ou Jaguar XK150 puis Jaguar Type-E dont les moteurs ont beaucoup de similitudes.
De nombreuses versions viendront restyler la DB4 dans un souci d’améliorations esthétiques et mécaniques ; de nombreuses surchauffes moteurs étaient à déplorer sur les premières versions. Entre-temps, Aston Martin remporte la première place aux 24h du Mans en 1959 grâce à la DBR1 et au talent de pilotage de Caroll Shelby ce qui fait augmenter les ventes de la DB4.
La carrosserie, dessinée en élégant « fast back » est dû à un judicieux mariage de la firme avec l’entreprise Touring qui se démènera sur ce modèle à faire épouser des feuilles d’aluminium sur un treillis tubulaire. Un autre mariage anglo-italien est célébré en 1960 avec l’arrivée de leur création, l’Aston Martin DB4 GT Zagato dessinée par Ercole Spada et assemblée en 19 exemplaires seulement chez le carrossier milanais. La GT Zagato est surement l’une des plus belles voitures d’après-guerre jamais créée et fera entrer la DB4 dans la légende.
En 1961 est dévoilée la série III de la DB4 qui se verra apposer de nouveaux feux arrière et qui est également la dernière version à porter la calandre originale des premières séries.
La gamme DB4 se terminera en 1963 avec la série V, très proche de l’Aston Martin DB5.
Livrée à l’origine dans cette belle couleur « plum » (prune en anglais), cette Aston Martin DB4 fut achetée par un riche lainier des Pyrénées en 1961. Extrêmement rare sur nos routes à l’époque, le bolide devait être une véritable curiosité dans ce pays escarpé où le chant du 6 cylindres était amplifié par l’écho des montagnes. Après quelques années d’emploi et de plaisirs, l’artisan revend sa belle anglaise à un danseur parisien qui la cède à Mr Bertin, banquier de la capitale. Maniaque et amoureux de son coupé, ce troisième propriétaire pris le soin de faire entretenir régulièrement sa voiture chez Richard Williams à Londres ce qui lui permit de traverser la décennie en conservant sa belle patine d’époque.
C’est en 1977, 16 ans après la sortie d’usine de cette DB4 que Mr M. collectionneur aguerri de voitures anglaises et écrivain célèbre de livres sur la marque achète notre exemplaire, séduit par son histoire et par sa rare origine française.
Avoir cet exemplaire devant les yeux c’est participer à une expérience où la quasi-totalité des sens se mettent en éveil ; la vision de cette ligne mythique sublimée par cette couleur originale en est un avant-gout. Pénétrer dans son habitacle c’est prendre place à bord d’une capsule temporelle ; tout est là comme en 1961, seule la force du temps a fait son ouvrage en magnifiant l’aspect esthétique de ce coupé. Les cuirs noirs arborent une belle patine d’usage comme l’ensemble du tableau de bord mais le tout reste en bel état et surtout fonctionnel, les différents propriétaires ont pris grand soin de conserver l’auto en état de marche quelque soit l’époque. Un quart de clé vers la droite et le 6 cylindres en ligne s’ébranle devant vous dans une sonorité roque mais discrète. A la conduite, la DB4 se comporte très bien et restons surpris de sa santé mécanique pour une dame qui vient de souffler ses 60 bougies. Direction, freinage, accélération, embrayage, tout est parfaitement réglé et appellent à conduire cette sculpture automobile pendant de longues heures sur les routes de campagne. D’une voiture qui faisait rêver à sa sortie d’usine en 1961, notre exemplaire n’a rien perdu de sa superbe ; si certaines choses se bonifient avec l’âge, cette DB4 en fait partie. Nous vous proposons un exemplaire mythique avec un historique prestigieux.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue