1961 ALFA-ROMEO GIULIETTA SPIDER Type 750 Numéro... - Lot 78 - Osenat

Lot 78
Aller au lot
Estimation :
50000 - 70000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 60 000EUR
1961 ALFA-ROMEO GIULIETTA SPIDER Type 750 Numéro... - Lot 78 - Osenat
1961 ALFA-ROMEO GIULIETTA SPIDER Type 750 Numéro de série 169005 Bel état de restauration Carte grise française L’Histoire de la Giulietta s’accorde avec celle de la reconstruction de l’Europe d’après-guerre dont certaines villes ne sont encore que ruines ; une prospérité économique tend alors les bras aux usines et Alfa Roméo décide de couper les ponts avec le passé de la firme qui ne produisait qu’une centaine de voitures par an, de manière artisanale. La vieille maison Milanaise s’affaire à concentrer toutes ces ressources financières et humaines à la production en délaissant même la compétition qui a permis à Alfa Roméo de se faire une place et un nom durant l’avant-guerre. Sous la tutelle d’Orazio Satta Puliga, responsable du bureau d’étude de la marque, les ingénieurs s’activent à la conception d’une sportive peu couteuse mais terriblement attachante avec une puissance et un moteur qui ne reniera pas le passé compétiteur du trèfle. Archétype de la voiture de sport italienne des années 1950, l’Alfa Roméo Giulietta voit le jour en 1954 où elle est présentée au salon de Turin dans une version berlinette deux places. Voiture légère à l’empattement court et propulsé par un moteur 4 cylindres développant 80 chevaux avec un bloc, une culasse et un carter en aluminium, elle sera un véritable succès et se positionnera un peu au-dessus de ses concurrentes : la Fiat 1100 et la Lancia Appia grâce à une cylindré de 1300cm3. Son dessin réalisé conjointement par Scarnati et Zuccheli qui esquissèrent le coupé en 1952 L’esquisse de la carrosserie réalisé conjointement par Scarnati et Zuccheli en 1952 fut reprit par Bertone et Ghia pour donner naissance aux traits caractéristiques de la Giulietta Sprint; et même si certaines idées contraires mirent les deux célèbres carrossiers en compétition, c’est Bertone qui prit les devants de Ghia et qui assura la partie industrielle de la production de la carrosserie de l’Alfa et qui permit à la firme de respecter son cahier des charges. Contrairement aux habitudes, le coupé fut présenté avant la berline et le cabriolet dévoilés tous deux un an après ; le cabriolet qui sera appelé « spider » fut produit notamment sous l’impulsion de Max Hoffman, importateur de grand nombre de marques européennes aux Etats-Unis et qui avait connaissance de l’importance des cabriolets sur le marché outre-Atlantique. Le dessin du spider est signé Pininfarina qui était en course contre Bertone pour ce projet mais dont les lignes plaisaient davantage tant par sa simplicité que par sa ressemblance au coupé ; l’œil observateur remarquera que le carrossier fut largement inspiré de la Lancia B24 également dessinée par lui. Une cérémonie fut organisée lors de la construction de la 100 000e Giulietta et prouva au marché qu’Alfa Roméo était bien devenue une marque industrielle. Belle, élégante, racée, les adjectifs qui qualifièrent cette Alfa Spider à sa sortie par les journalistes sont les mêmes aujourd’hui et la recette d’un cabriolet léger au moteur nerveux fonctionne toujours car ce modèle est très recherché des collectionneurs et place le Spider en « incontournable ». L’Alfa Roméo Giulietta Spider que nous vous présentons fut immatriculée pour la première fois en Mai 1961 ; acquise par son propriétaire actuelle en 2015, la voiture est alors déjà restaurée par le garage Dougnac à Toulouse, spécialiste Fiat et Alfa Romeo qui entreprit des travaux de sellerie, peinture et mécanique afin de rendre la voiture dans un bel état. Ainsi, les sièges avant furent habillés de skaï noir avec passepoil bleu assorti à la carrosserie ; l’extérieur reçu une peinture complète dans une couleur Alfa Romeo d’origine Celeste KF et les chromes furent retravaillés afin de rendre tout leur brillance d’antan. Coté habitacle, le volant en Bakélite noir et blanc et le poste radio Voxson d’origine sont en bon état et habille élégamment l’intérieur. La planche de bord est peinte de la même couleur que la carrosserie comme à l’origine et les trois compteurs face au pilote sont fonctionnels. Une capote neuve et étanche de couleur noire assortie au siège complète la voiture. Coté mécanique, le 1300 cm3 d’origine fonctionne normalement sans montrer de défauts majeurs dans une sonorité agréable, les rapports de boite de vitesse passent normalement sans accrocher et la ballade à bord de ce cabriolet est très agréable. Souligné par de superbe lignes, ce cabriolet fait tourner les têtes de plus d’un quand on est à son bord ; nous vous offrons la chance d’acquérir une part de l’élégance italienne contenue dans cette Giulietta avec son moteur mythique et sa couleur éclatante ; une arme de séduction !
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue