Boissy d’Anglas (François-Antoine de). Lettre...

Lot 7
Aller au lot
150 - 200 EUR

Boissy d’Anglas (François-Antoine de). Lettre...

Boissy d’Anglas (François-Antoine de). Lettre autographe signée à AntoineFrançois Delandine. Paris, 14 février 1807. 2 pp. 1/2 in-12, adresse au dos, déchirure due à l’ouverture sans atteinte au texte. « ... Vous êtes toujours aussi ingénieux qu’obligeant, vous avés l’air de faire presque un ouvrage d’une simple annonce bibliographique, et vous trouvés toujours le moyen de dire des choses mémorables à ceux que vous aimés , je vous en remercie pour ce qui me concerne , vous savés que sous tous les rapports votre suffrage est l’un de ceux dont je me glorifie le plus, parce que c’est celui d’un homme de bien, et d’un homme de lettres recommandable, et que je vous ai voué depuis bien longtems autant d’attachement que d’estime... La 3me classe de l’Institut a élu hier 2 correspondants, M. [ Jacques] Vincens-St-Laurens de l’Académie de Nismes, et M. [Alexandre-Jules-Antoine de] Fauris de St-Vincent, domicilié à Aix... » Il s’excuse par ailleurs de n’avoir pu lui rendre visite à Lyon lors de son voyage, en raison de la maladie de sa fille. Ancien avocat et député à la Constituante, AntoineFrançois Delandine était membre et bibliothécaire de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon. Auteur d’ouvrages d’érudition historique, il fut également membre correspondant de l’Institut (Académie des Inscriptions et belles-lettres). Boissy d’Anglas, figure respectée de la Révolution, de l’Empire et de la Restauration. Avocat favorable aux idées nouvelles, il embrassa les principes révolutionnaires et fut élu aux États généraux en 1789, siégeant dans des assemblées sous presque tous les régimes qui se succédèrent, de 1789 à 1797, de 1801 à 1814 et de 1815 à 1826. Sous la Révolution, partisan de l’ordre, il se montra hostile aux insurrections royalistes comme aux excès de la Terreur, et vota pour un simple emprisonnement de Louis XVI. Membre du Comité de Salut public thermidorien comme Cambacérès, il fréquenta cependant le club royaliste de Clichy et fut victime du coup d’État du 18 fructidor. Sous l’Empire, il fut fait comte et grand officier de la Légion d’Honneur, reçut en 1814 la mission de maintenir l’ordre à La Rochelle puis, fait pair de France sous les Cent Jours, envoyé mettre le Midi en état de défense. Il vota pour la déchéance de Napoléon Ier en 1814 et contre l’avènement de Napoléon II en 1815, aussi ne fut-il exclu qu’un mois de la Chambre des pairs (juillet-août 1815). Il continua alors à se faire le défenseur des libertés publiques et contribua à faire rappeler plusieurs conventionnels bannis, dont Cambacérès. Il fut membre de l’Académie des belles-lettres, sciences et arts de La Rochelle, et membre de l’Institut (Académie des Inscriptions et belles-lettres).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue