GAUGUIN (Paul). Lettre autographe à un brigadier...

Lot 45
Aller au lot
4 000 - 5 000 €
Laisser un ordre
Votre montant
 
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

GAUGUIN (Paul). Lettre autographe à un brigadier...

GAUGUIN (Paul). Lettre autographe à un brigadier de gendarmerie à Atuona sur l'île de Hiva Oa dans l'archipel des Marquises. [Hiva Oa, entre 1901 et 1903]. 1 p. in-folio sur papier vergé, fine trace marginale de bande adhésive « VOICI UNE RECLAMATION QUE LES INDIGENES QUI ONT SIGNE ME PRIENT DE VOUS REMETTRE. Il est donc à désirer au nom de la justice que la provenance des nombreux cochons élevés par les soins du gendarme d'Anaiapa soit bien établie par vous. Il est à remarquer aussi que ce troupeau a disparu de la gendarmerie. Aurait-il par hazard ou par mégarde été transporté à Atuana ? Je ne sais. Ce sont là toutes choses qui sont de votre ressort et ensuite de l'administration. Soyez assuré que nous serions tous heureux de pouvoir constater la régularité, en cette affaire, de votre gendarme sous vos ordres. Recevez, Monsieur le brigadier, mes salutations empressées. » « LE CAS ETRANGE DE CE TRANSFUGE DE LA CIVILISATION » (Mallarmé, lettre à Octave Mirbeau, 5 janvier 1891). En août 1889, depuis la Bretagne, Paul Gauguin écrivait à Émile Bernard : « Ce que je désire, c’est un coin de moi-même encore inconnu ». Quand, peu après, il se décida pour Tahiti, en rupture avec l’Occident, le milieu artistique parisien, ses amis, sa famille, il choisissait de poursuivre sous les tropiques sa quête intérieure d’un ailleurs, et d’« être débarrassé de l’influence de la civilisation » dans une pratique artistique qu’il désirait primitiviste : « Je ne veux faire que de l’art simple, très simple , pour cela j’ai besoin de me retremper dans la nature vierge, de ne voir que des sauvages, de vivre leur vie, sans autre préoccupation que de rendre, comme le ferait un enfant, les conceptions de mon cerveau avec l’aide seulement des moyens d’art primitifs, les seuls bons, les seuls vrais » (à Octave Mirbeau, 5 janvier 1891). TAHITI (1891-1893, 1895-1901) PUIS LES MARQUISES (1901-1903). Paul Gauguin, qui avait fait des lectures (notamment Pierre Loti) et avait visité l’exposition coloniale de 1889, s’était forgé une image idéalisée de Tahiti – et s’était en outre illusionné sur le coût de la vie là-bas. Son premier mouvement à l’arrivée sur l’île en 1891, fut de déception, mais il prit le temps de s’imprégner de ce qui l’entourait : il se logea près de Papeete, à Mataiea, et s’établit avec une compagne tahitienne, Teha’amana (la Tehura de Noa noa). Après un an d’acclimatation, il reprit ses travaux artistiques et connut une des périodes les plus créatrices de sa vie. Il rentra momentanément en France (1893-1895), poursuivant son activité d’inspiration tahitienne, et exposant ses œuvres chez Durand-Ruel puis dans son atelier. Il organisa une vente aux enchères de ses dernières productions, qui ne rencontra aucun succès, et repartit pour l’Océanie afin d’y finir ses jours « sans l’éternelle lutte contre les Imbéciles » (lettre à Daniel de Monfreid, octobre ou novembre 1894). Revenu sur l’île en 1895, il logea à Puna’auia, au Sud-Ouest de Papeete, face à Moorea. Il y prit une nouvelle compagne, Pahura, dont il eut deux enfants mais qui le quitta ensuite. Il se remit au travail malgré des ennuis de santé et des difficultés financières qui le menèrent au bord du suicide. Il se signala également par une activité journalistique satirique à l’encontre de la société coloniale. Décidé à trouver un lieu moins atteint encore par la civilisation occidentale, Gauguin se fixa à Hiva Oa dans l’archipel des Marquises, où il connut une dernière poussée créatrice, ralentie par une santé délabrée. Là encore, il prit momentanément une compagne, Vaeoho, qui le quitta enceinte de lui, et connut une nouvelle période créatrice. Il y mourut brusquement le 8 mai 1903. VICTOR SEGALEN, DANS SON « HOMMAGE A GAUGUIN », SOULIGNA LE ROLE SPECIFIQUE QUE L'OCEANIE JOUA DANS L’EVOLUTION ARTISTIQUE DU PEINTRE.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue