1980 Ferrari 308 GTB Carter Sec

Lot 135
Aller au lot
90 000 - 120 000 €
Résultats avec frais
Résultat : 90 000 €

1980 Ferrari 308 GTB Carter Sec

Numéro de série 30731
Restée pendant les 27 dernières années dans la même famille
Livrée neuve en France par Charles Pozzi
Peinture et révision récentes
Carte grise française

Ferrari, a toujours essayé de lancer une gamme alternative à ses véhicules de prestige, par des berlinettes légères à plus petite cylindrée et au luxe moins ostentatoire. Ce n'est pas pour autant des véhicules qui ne sont pas performants, bien au contraire. Le premier exemple, s'appelait Dino avec la 206 puis 246 GT. Il faut renouveler l'entrée de gamme, et pour cela FERRARI n'avait plus que la Dino 308 GT 4 Bertone à proposer, mais le projet ne fait pas l'unanimité. Finalement c'est Pininfarina, qui fera la recette avec sa nouvelle berlinette: la 308 GTB est née, et un robuste V8 Ferrari, remplacera le V6 des Dino. La 308 GTB n'a pas déçu ses géniteurs. Elle offrira son essor industriel à Ferrari, qui, grâce à elle, triplera ses chiffres annuels de fabrication. Contrairement à la Dino, dont elle est indirectement l'héritière, la 308 GTB recevra le badge Ferrari. En 1981, la production des V8 dépassera à Maranello celle de tous les V12 fabriqués depuis la naissance de la marque ! La 308 GTB sera construite parallèlement à la Dino 308 GT4. La 308 GTB reprend l'architecture de la Dino : moteur monté transversalement au centre de la voiture et faisant bloc avec la boîte de vitesses et le différentiel. La nouvelle Ferrari hérite du V8 de 3 litres à 4 arbres à cames en tête (entraînés par courroie crantée) inauguré par la Dino 308 GT4. La principale différence avec le moteur de cette dernière tient à son carter sec - cette lubrification permet d'accroître le volume d'huile en circulation et d'abaisser la température. Le tout est couplé à une boîte de vitesses à cinq rapports, fermes grâce à la « grille » Ferrari. Les premiers clients de la 308 GTB apprécient la souplesse et la douceur de son moteur, qui ne rechigne pas aux tâches urbaines. Equilibrée et homogène, la nouvelle-née jouit d'une excellente tenue de route.

Cette Ferrari 308 GTB Carte Sec fut livrée le 23 février 1980 par Charles Pozzi Levallois. Elle fut alors immatriculée 101 CYJ 75. La belle Italienne s’habillait de gris argent pour sa carrosserie et de cuir noir pour son habitacle. Elle fut fréquemment entretenue chez Charles Pozzi avant, en 1989, de changer de main et d’être immatriculée dans la Vienne. Elle fut ensuite revendue par Intercar Levallois à Monsieur Casimiri en 1990. La voiture avait alors 6 520 kilomètres au compteur, soit, 68 520 kilomètres au total puisque le compteur fut remplacé à 62 000 kilomètres par Ferrari. Elle fut très bien entretenue depuis et resta dans la même famille jusqu’en 2017, lorsqu’elle fut cédée à son actuel propriétaire. Elle avait environ 62 500 kilomètres au compteur. Depuis, 8 400 € furent dépensés pour faire une mise à niveau de la mécanique : remplacement des courroies de distribution et d’accessoires, galets tendeurs, pompe à eau. Les tubes de réservoir, d’huile moteur et radiateur furent changés, Les bougies, tête, doigt et capteur d’allumage furent remplacés. Les carburateurs furent nettoyés et réglé en même temps que l’allumage. Les systèmes d’alarme furent déposés, le tableau de bord a été refait lui aussi. Enfin, une peinture dans la teinte d’origine de la voiture vient parfaire le tout.
Il s’agit là d’un bel exemplaire de Ferrari 308 GTB, une version recherchée à carter sec et carburateurs, française d’origine et n’ayant pas eu beaucoup de propriétaires. Surtout, son entretien est parfaitement à jour et son esthétique proche de la perfection.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue