BAUDELAIRE (Charles). Lettre autographe signée...

Lot 28
Aller au lot
Estimation :
20000 - 30000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 13 000EUR

BAUDELAIRE (Charles). Lettre autographe signée...

BAUDELAIRE (Charles). Lettre autographe signée de ses initiales à Narcisse Ancelle, son conseil judiciaire et confident. [Bruxelles], 21 décembre 1865. 8 pp. in-8, petites perforations portant atteinte à 2 mots. Avec 2 courtes apostilles, dont une autographe de Narcisse Ancelle. Magnifiq ue et longue lettre sur les Fleurs du mal, sur son isolement hautain à Bruxelles malgré ses visites chez l'épouse de Victor Hugo, sur son dédain pour « le petit journalisme », « la littérature de café », « la femme Sand », sur sa « haine » contre les libéraux et la Belgique, sur ses difficultés physiques, morales et financières. Charles Baudelaire traite également de ses efforts pour faire acc epter ses oeuvres complètes à un édi teur, motivé en cela par des raisons tant financières que littéraires, puisqu'il était perclus de dettes et qu'il possédait des inédits. Après avoir essuyé en 1864 un échec auprès de Lacroix et Verboeckoven (éditeurs des Misérables), il mena de longues négociations avec les frères Garnier qui refusèrent d'abord son pamphlet Pauvre Belgique, et finirent par lui opposer une fin de non recevoir générale en février 1866. Il mourut ainsi en 1867 sans avoir vu l'édition de ses oeuvres complètes : ce sont ses exécuteurs testamentaires qui se chargèrent de les faire publier chez Michel Lévy, en 1868-1869. Sur Narcisse Ancelle, voir ci-dessus le n° 1. « ... Il y a bien longtemps que j'aurais dû vous répondre , mais j'ai été saisi pa r une név ralgie à la tête qui dure dep uis pl us de quinze jours , vo us save z que cela rend bête et fo u [Baudelaire attribuait cela entre autres à sa longue consommation d'opium] , et pour pouvoir écrire aujourd'hui à vous, à Lemer [le libraire Julien Lemer, agent littéraire de Charles Baudelaire, qui négociait en vain avec les frères Garnier les conditions d'une édition de ses oeuvres complètes] et à ma mère, j'ai été obligé de m'emmailloter la tête dans un bourrelet que j'imbibe d'heure en... heure d'eau sédative. Les crises sont
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue