[DIDEROT (Denis)]. Lettres sur les sourds...

Lot 26
Aller au lot
1 500 - 1 000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 3 750 EUR

[DIDEROT (Denis)]. Lettres sur les sourds...

[DIDEROT (Denis)]. Lettres sur les sourds et muets, A l'Usage de ceux qui entendent & qui parlent. S.l., 1751. — 2 volumes in-12, 154 x 82 : x, 241 pp., (5 ff.), 3 planches , pp. 242-400, (1 f.), 2 planches. Veau fauve, dos à nerfs orné, armes dorées au dernier caisson, roulette dorée intérieure, tranches rouges (reliure de Adams, Bibliographie des œuvres de Denis Diderot, II, LH1 et LH4. - Tchémerzine, II, 931. Édition originale de cet essai de Diderot publié anonymement. Il s’agit d’une des œuvres philosophiques majeures de Denis Diderot, publiée deux ans après sa Lettre sur les aveugles. Bien que désordonnée, elle est des plus instructives , elle traite non seulement du langage dont l’origine est selon l’auteur affective et pratique et non pas rationnelle et analytique, mais également de métaphysique, de poésie, d’éloquence, de musique, de peinture, etc. Diderot la composa comme une réponse à l’abbé Charles Batteux à propos de son livre intitulé les Beaux Arts réduits à un même principe. L’édition est illustrée de 3 planches. Précieux exemplaire, de première émission, imprimé sur papier fort, conforme à la description donnée par Adams, comprenant bien les cartons aux feuillets A2 , D4 , L5 et E1 . Il a été enrichi dans un second volume des Additions parues en mai 1751. Adams précise que les feuilles de ces Additions avaient été parfois achetées séparément par des lecteurs qui possédaient déjà la Lettre sur les sourds et muets. C'est effectivement le cas ici et l'on sait qui était alors ce lecteur puisque l'exemplaire porte au dos les armes strictement d'époque de FrançoisJoseph II de Choiseul, baron de Beaupré puis marquis de Stainville (vers 1695-1769). « Il fut nommé par le duc de Lorraine envoyé extraordinaire en Angleterre en 1725, puis en France en 1726 , il devint ensuite grand chambellan du grand-duc de Toscane, conseiller actuel intime d'État de l'empereur Charles VI, chevalier de la Toison d'or le 26 décembre 1753 » (OHR, Pl. 820). Les exemplaires de ce titre aux armes sont rarissimes. Adams en cite un autre avec les mêmes caractéristiques, portant les armes de la duchesse de Lauragais. Bon exemplaire très habilement restauré aux charnières. Tache dans la marge des pages 94-95, sans atteinte au texte. Note manuscrite de l'époque, peut-être du marquis de Stainville, couvrant une grande partie des premières gardes blanches.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue