Claude Marie DUBUFE (1790-1864) « Joseph...

Lot 493
10 000 - 15 000 €
Résultats avec frais
Résultat : 29 375 €

Claude Marie DUBUFE (1790-1864) « Joseph...

Claude Marie DUBUFE (1790-1864) « Joseph Fouché, duc d’Otrante, en habit de Sénateur, portant les insignes de Grand Aigle de la Légion d’honneur et de l’Ordre de l’Aigle d’Or du Wurtemberg » Huile sur toile à vue ovale. Cadre doré à décor de palmettes, étoiles et couronnes de laurier. A vue : 90 x 70 cm - Avec cadre : 117 x 96 cm Biographie : Joseph Fouché, dit Fouché de Nantes, duc d’Otrante (1759-1820). Il était préfet des études chez les Oratoriens de Nantes lorsque éclata la Révolution française. Il en embrassa la cause avec ardeur, et fut élu député en 1792 par la ville de Nantes à la Convention, où il fit partie du comité de l’instruction publique. Il fit partie du parti des Girondins avant de voter la mort de Louis XVI et de basculer sur les bancs des Montagnards. Dans la Nièvre et la Côte-d’Or en 1793, il fut l’animateur du mouvement de déchristianisation et de la répression antinobiliaire. Rappelé à Paris le 7 germinal (27 mars 1794) à la demande de Robespierre malgré la protection de Billaud- Varenne, Fouché réintégra la Convention le 17 germinal (8 avril), qui renvoya son rapport au comité de salut public. A son retour, il eut une entrevue avec l’incorruptible, « il lui demanda compte du sang qu’il avait fait couler et lui reprocha sa conduite avec une telle énergie d’expression que Fouché était pâle et tremblant. Il balbutia quelques excuses et rejeta les mesures cruelles qu’il avait prises sur la dureté des circonstances. Robespierre lui répondit que rien ne pouvait justifier les cruautés dont il s’était rendu coupable, que Lyon, il est vrai, avait été en insurrection contre la convention nationale, mais que ce n’était pas une raison pour faire mitrailler en masse des ennemis désarmés ». (Charlotte Robespierre, Mémoires). Se justifiant devant les Jacobins, il parvint à se faire élire à la présidence du club le 16 prairial (4 juin). Menacé après les insurrections du 12 germinal et du 1er prairial An III, il obtint la protection de Barras et bénéficia de l’amnistie de brumaire An IV. Chargé d’une mission dans les Pyrénées Orientales pour la délimitation des frontières franco-espagnoles, il fut employé ensuite par le Directoire dans sa police secrète, puis il fit des affaires avec les banquiers Ouvrard et Hainguerlot et obtint, grâce à Réal, une participation dans une compagnie de fournisseurs aux armées. Nommé le 11 vendémiaire An VII (1er octobre 1798) ministre plénipotentiaire près la République cisalpine, il fut remplacé dès le 26 frimaire (16 décembre) et dut de nouveau se cacher. Il fut nommé ministre de la police le 2 thermidor (20 juillet1793) pour s’opposer à l’agitation jacobine et mettre fin à l’activité du club du Manège. Il déploya dans ce poste une grande activité ainsi qu’une sagacité rare, et rendit service à Napoléon Bonaparte lors du coup d’état du 18 brumaire An VIII (9 novembre 1799). Le premier Consul le maintint dans son poste et il conserva ainsi son portefeuille de ministre. Mais le 26 fructidor An X (13 septembre 1802), critiqué par Talleyrand, son ennemi de toujours, et les frères de Bonaparte, il fut congédié, le ministère fut dissout, conservant toutefois un rôle dans l’arrestation de Pichegru, Moreau et du duc d’Enghein. Il redevint ministre de la police en juillet 1804 et le resta jusqu’en juin 1810. Comte d’Empire en 1808, duc d’Otrante en 1809, il fut à nouveau disgracié pour avoir essayé de soumettre des propos de paix avec l’Angleterre auprès du ministre Arthur Wellesley. A la faveur d’un retour en grâce et après la campagne de Russie, il fut nommé gouverneur des provinces illyriennes en 1813. En 1814, il se trouva à Paris pour offrir au comte d’Artois (le futur Charles X) la lieutenance générale du royaume après la défaite impériale. Il fut nommé à nouveau ministre de la police pendant les Cent-Jours, après la défaite de Waterloo, il devint président du gouvernement provisoire, et négocia avec les puissances alliées. Le 9 juillet 1815, il devient ministre de Louis XVIII. Frappé par l’ordonnance du 12 janvier 1816, comme ayant voté la mort de Louis XVI, il fut proscrit et exilé en tant que régicide. Exposition : Crypte de la basilique Notre-Dame, du 16 mai au 1er septembre, Les trésors de Napoléon, Montréal Canada
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue