Eugènie MONTPELLIER et Hyppolyte FLANDRIN (1809-1864 ) Ecole française du XIXème siècle

Lot 65
Aller au lot
Estimation :
20000 - 30000 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 30 000EUR
Eugènie MONTPELLIER et Hyppolyte FLANDRIN (1809-1864 ) Ecole française du XIXème siècle
«Portrait de l'Empereur Napoléon III de ¾ dans son cabinet de travail»
Huile sur toile signée en bas à gauche. (réentoilée et réparations au niveau de l'étoile de la Légion d'honneur ). Important cadre en bois et stuc dorés.
Dimensions: 1,35 x 1,00 cm.
Avec cadre: 1,85 x 1,46 cm.Historique: Dès 1853, le nouvel Empereur confie l'exécution de son portrait à Hippolyte Flandrin, spécialisé alors dans la peinture religieuse. Flandrin brosse un admirable portrait psychologique qui, en dépit de son caractère officiel, révèle de façon pénétrante la personnalité complexe de l'homme. Le regard, très bien rendu, ce regard très particulier, aux yeux à mi clos, de l'Empereur. «C'est assurément le premier portrait «vrai» que nous ayons de S.M.» déclare Théophile Gautier. Cette vérité déplut à Napoléon III au point que la commande fut annulée. L'empereur préférait le portrait en pied de Winterhalter, plus flatteur. Napoléon III finit par accepter la toile de Flandrin. C'est finalement en 1861 que ce portrait vit le jour, commande officiellement régularisée en 1862 par l'Etat pour la somme de 20.000 francs, alors que le tableau achevé trônait déjà à l'Exposition universelle de Londres. Gautier écrivait dans sa critique du Salon de 1863 paru dans le Moniteur universel: «M. Flandrin a rendu avec une idéale perfection, «le souverain moderne» [...] La tête est d'une ressemblance à la fois intime et historique [...] Les yeux profonds et rêveurs regardent de ce regard qui va au-delà des choses et peuvent distinguer les formes de l'avenir invisibles pour tous. Sur la bouche calme sourit la majesté affable: rien de plus vrai,de plus simple, de plus grand.»
Provenance: Saint Tropez, 1967. Oeuvres en rapport: -Eugénie Montpellier, «Portrait de l'Empereur Napoléon III», Musée national du château de Compiègne. -L'exemplaire de Compiègne a été lacéré en 1870, ce qui était probablement le cas de notre exemplaire également. Biographies: Eugénie Montpellier, 56 rue Basse du Rempart, él
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue