[CHASSELOUP-LAUBAT (François de)]

Lot 33
Aller au lot
2 000 - 3 000 EUR
Résultat : 3 500 EUR

[CHASSELOUP-LAUBAT (François de)]

Essais sur quelques parties de l'artillerie et des fortifications. À Milan, de l'Imprimerie de J. J. Destefanis, 1811. In-8, 216 [dont les 6 premières en chiffres romains]-22 pp., veau brun raciné, dos lisse cloisonné et orné de motifs floraux et de flots grecs, pièce de titre rouge, frise de feuillage stylisé dorée encadrant les plats avec chiffre couronné doré au centre, coupe et chasses ornées, tranches dorées, reliure un peu frottée avec deux trous de vers aux mors (relié p. Simier). Édition la plus complète, la seconde de cet ouvrage originellement paru chez le même éditeur en 1805. Rare, absente par exemple de la BnF, cette édition amendée et complétée est constituée de feuillets de l'édition originale, tirés sur papier azuré, mais avec 19 cartons nouvellement imprimés sur un papier différent (plus fort, blanc mais passé au lavis bleu pâle), soit: 8 feuillets de remplacement (3 liminaires dont le titre paginés i-vi, 5 paginés 47-56), et 11 feuillets d'appendice. Les deux éditions de 1805 et de 1811 furent établies d'après les manuscrits de l'auteur par son secrétaire Thiérion, selon Quérard qui récuse l'attribution alternative à Théveneau proposée par Barbier. 6 planches dépliantes gravées sur cuivre hors texte, portant au total 74 figures. Une anthologie de travaux novateurs, notamment sur l'artillerie de siège et de place: François de Chasseloup-Laubat propose surtout un nouvel affût de sa conception pour les tirs en casemates, casemates dont il défend par ailleurs l'utilité. Il traite également des lunettes de fortification, des mines et contremines, de l'approvisionnement en eau, des équipages des ponts de bateaux. Il s'agit ici d'une sélection significative parmi ses travaux, le général envisageait d'en livrer d'autres au public, mais, ayant presque entièrement perdu la vue, dut y renoncer. Le général de Chasseloup, «un des meilleurs officiers de son corps» (Napoléon Ier). Engagé dans le Génie dès 1770, général en 1797, François de Chasseloup-Laubat (1754-1833) commanda en chef le Génie lors des deux campagnes d'Italie de Bonaparte, celle de Masséna en 1805, de la Grande Armée en Prusse et en Pologne (1806-1807) puis en Russie (1812). Napoléon Ier, qui le fit conseiller d'État, sénateur et comte de l'Empire, écrivit de lui à Sainte-Hélène: «C'était un des meilleurs officiers de son corps, d'un caractère inégal, mais connaissant bien toutes les ressources de son art» («Guerre d'Italie», publié en 1823 par le général de Montholon dans Mémoires pour servir à l'histoire de France, sous Napoléon, écrits à Sainte-Hélène). Belle reliure de l'époque, signée de René Simier. La roulette au feuillage stylisé des plats est identique à celle de la reliure reproduite sous le n° 173 par Paul Culot dans Relieurs et reliures décorées en France aux époques Directoire et Empire (Bruxelles, Bibliotheca Wittockiana, 2000). Exemplaire au chiffre couronné du prince Eugène et de la princesse Augusta de Bavière (OHR, planche n° 2671, fer n° 4). Le général de Chasseloup-Laubat, qui fit une grande partie de sa carrière en Italie, servit longtemps sous les ordres ou aux côtés du vice-roi d'Italie le prince Eugène de Beauharnais: il fut, dans ce royaume d'Italie, nommé directeur général des travaux des places fortes en 1808, commandant en chef du Génie en 1809, et inspecteur des places fortes en 1813. Il servit en Russie tout comme le prince Eugène.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue