RUSSIE. CASTELLANE (Boniface de)

Lot 25
Aller au lot
2 000 - 2 500 EUR
Résultat : 8 000 EUR

RUSSIE. CASTELLANE (Boniface de)

Lettre autographe à son père. Moscou, 29-30 septembre 1812. 4 pp. in-4, adresse, cachet armorié parfaitement conservé, petite déchirure due à l'ouverture sans atteinte au texte. Belle et rare lettre de Moscou. «(Moscou ce 29 septembre, mardi, 9 h. 1/4 du matin)… Je crois très probable, la Garde n'étant pas partie, que notre départ ne sera pas pour demain. Je vais prendre du thé… (Moscou, ce 29 septembre 1812, mardi, 9 h. 3/4 du soir)… Je viens du château mettre à l'estafette [ma lettre] pour mon excellente mère. Il fait une pluie battante et très noir. On risque à chaque instant à cheval de se rouler sur une charrette cassée ou un cheval mort. C'est si loin que je serai forcé à l'avenir de mettre mes lettres le matin à l'estafette, j'ai mis 20 minutes au galop pour revenir. Je vais me mettre au lit… (Moscou, ce 30 septembre, mercredi 11 h. du matin)… Je viens de prendre du thé, de causer avec l'ambitieux Ruelle [le futur colonel Louis-Gabriel Ruelle, alors adjudant-commandant et aide de camp du général de Narbonne-Lara] qui est venu me voir et m'entretenir de ses espérances. Vous saurez que le Gd Écuyer [le général Armand-Augustin Louis de Caulaincourt] cherchoit partout une peau de martre, qu'il en avoit une, qu'il l'a lui a donnée, n'a pas voulu de cheval en échange et lui a fait dire par son secrétaire qu'il lui demandoit seulement de dire un mot en sa faveur… (Moscou, ce 30 septembre 1812, mercredi, 4 h. 3/4 de l'après-midi). Qu'est-ce qu'a fait votre Picciotin aujourd'hui, je vais vous le dire: il s'est occupé de ses chevaux, a déjeuné avec Mr de Narb[onne], Made Solon-Grandier [une Française de Moscou, logée après l'incendie chez le général de Narbonne-Lara par madame de Chamborand], il pleuvoit à verse ce qui l'a empêché de sortir… J'ai lu du voyage de Coxe [l'historien William Coxe, qui publia au xvIIIe siècle un récit de voyage en Russie], de mes extraits des éphémérides… Hier on parloit moins départ, aujourd'hui on dit qu'on va prendre des quartiers d'hyver ici et qu'on fait venir des chanteurs d'Italie… (Moscou, ce 30 septembre 1812, mercredi, 6 h. 3/4 du soir)… Nul doute que si je devois aller dans un régt, j'aurois toujours la jouissance de l'estafette mais étant aux avant-postes j'aurois moins de facilité pour vous écrire souvent…»
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue