BONAPARTE (Louis)

Lot 5
Aller au lot
500 - 600 EUR
Résultat : 1 100 EUR

BONAPARTE (Louis)

Lettre signée «Louis» avec 2 corrections autographes [adressée au prince Eugène de Beauharnais]. S.l., [août 1807]. 1 p. 1/4 in-4. Frappés de douleur par la mort de leur fils Louis, Louis Bonaparte et la reine Hortense venaient de prendre les eaux dans les Pyrénées et tentaient alors une réconciliation. «Mon cher frère, j'ai vu monsieur Bataille votre aide de camp, et j'ai été bien aise des nouvelles qu'il ma donné de votre santé. La mienne a éprouvé quelque bien des bains d'Ussat [dans l'Ariège], que je viens de prendre et j'en suis assez satisfait. La reine [Hortense] l'est également des eaux de Cauterets où elle a séjourné pendant quelques semaines, et maintenant se porte bien. Croyez, mon cher frère, que je recevrai toujours avec le plus grand plaisir des marques de votre intérêt pour nous et que j'aimerai toujours à entretenir tous les rapports qui me donneront les moyens de vous donner de nouvelles preuves de mon affection. Veuillez me rappeller [Louis Bonaparte a biffé «moi et la reine»] au souvenir et à l'amitié de la vice-reine, et être toujours persuadé l'un et l'autre de mon [Louis Bonaparte a biffé «notre» et inscrit «mon»] sincère attachement...» Le colonel Auguste Nicolas Bataille, longtemps aide de camp du prince Eugène, inspira à Dumas père sa nouvelle «L'Armoire d'acajou», récit d'horreur débutant comme un conte libertin. BONAPARTE (Louis). Lettre signée «Louis» avec 2 corrections autographes [adressée au prince Eugène de Beauharnais]. S.l., [août 1807]. 1 p. 1/4 in-4. 500/600 Frappés de douleur par la mort de leur fils Louis, Louis Bonaparte et la reine Hortense venaient de prendre les eaux dans les Pyrénées et tentaient alors une réconciliation. «Mon cher frère, j'ai vu monsieur Bataille votre aide de camp, et j'ai été bien aise des nouvelles qu'il ma donné de votre santé. La mienne a éprouvé quelque bien des bains d'Ussat [dans l'Ariège], que je viens de prendre et j'en suis assez satisfait. La reine [Hortense] l'est également des eaux de Cauterets où elle a séjourné pendant quelques semaines, et maintenant se porte bien. Croyez, mon cher frère, que je recevrai toujours avec le plus grand plaisir des marques de votre intérêt pour nous et que j'aimerai toujours à entretenir tous les rapports qui me donneront les moyens de vous donner de nouvelles preuves de mon affection. Veuillez me rappeller [Louis Bonaparte a biffé «moi et la reine»] au souvenir et à l'amitié de la vice-reine, et être toujours persuadé l'un et l'autre de mon [Louis Bonaparte a biffé «notre» et inscrit «mon»] sincère attachement...» Le colonel Auguste Nicolas Bataille, longtemps aide de camp du prince Eugène, inspira à Dumas père sa nouvelle «L'Armoire d'acajou», récit d'horreur débutant comme un conte libertin.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue