Pierre Bonnard, 1867-1947

Lot 42
Aller au lot
1 000 - 1 500 EUR
Résultat : 3 200 EUR

Pierre Bonnard, 1867-1947

Vue de Cologne du bateau de Misia, 1906 Dessin à la mine de plomb (très petites rousseurs et traces de plis sur le bord haut) Cachet du monogramme en bas à droite (Lugt 3887) 9 x 11,5 cm Bibliographie - Terrasse Antoine, Bonnard, Éditions Gallimard, Paris, 1988, reproduit p. 255 Expositions - Pierre Bonnard, Palazzo Reale, Milan, 27 octobre 1988-8 janvier 1989, reproduit p. 127. - Bonnard, Magier der Farbe Von der Heydt-Museum, Wuppertal 2010 Bibliographie - Terrasse Antoine, Bonnard, Editions Gallimard, Paris, 1988, reproduit p. 112. - Bernier Georges, La Revue blanche, ses amis ses artistes, Editions Hazan, 1991, décrit et reproduit p. 60. Expositions - A propos de dessin II, 1986 ou A propos de dessin III, 1987, Galerie Adrien Maeght, Paris. - Pierre Bonnard, Palazzo Reale, Milan, 27 octobre 1988-8 janvier 1989, reproduit p. 128. - Pierre Bonnard, Galerie Claude Bernard, Paris, 23 mai-20 juillet 1991, reproduit sous le n° 25. - Femmes de Mallarmé, Musée stéphane Mallarmé, Vulaines-sur-seine, 5 mars-6 juin 2011, n° 26. - Misia reine de Paris, Musée d'Orsay, Paris, 12 juin-9 septembre 2012, décrit et reproduit sous le n° 37. Historique A rapprocher du tableau Misia Godebska, 1908, reproduit et décrit dans Dauberville Jean et Henri, Bonnard, catalogue raisonné de l'oeuvre peint, Editions Bernheim Jeune, Paris, 1966-1992, décrit et reproduit sous le n° 498 du Tome V (Tome i révisé et augmenté). Misia Godebska (1872-1950) d'origine polonaise, était pianiste émérite et élève de Gabriel Fauré. Elle fut l'amie de Mallarmé, Picasso, Proust, Cocteau et Chanel, ainsi que l'égérie de Bonnard, Vuillard, Toulouse-Lautrec et Renoir. Après avoir été mariée à Thadée Natanson, le directeur de la Revue blanche, puis au milliardaire américain edwards, elle épouse le peintre José-Maria Sert. C'est certainement Paul Morand qui parle le mieux de la personnalité de la reine de Paris: «...effervescente de joie ou de fureur, originale et emprunteuse, récolteuse de génies, tous amoureux d'elle: Vuillard, Bonnard, Renoir, Stravinsky, Picasso... collectionneuse de coeurs et d'arbres Ming en quartz rose, lançant ses lubies, devenues des modes aussitôt exploitées. Misia, reine du baroque moderne, ayant organisé sa vie dans le bizarre, dans la nacre, dans le burgau, Misia boudeuse, artificieuse, géniale dans la perfidie, raffinée dans la cruauté. Elle excitait le génie comme certains rois savent fabriquer des vainqueurs, rien que par la vibration de son être. Forte dans la vie chevillée en elle, avare généreuse, enjôleuse, brigande, subtile, commerçante, plus Mme Verdurin que la vraie, prisant et méprisant hommes et femmes, du premier coup d'oeil. Misia aussi capitonnée qu'un sofa, mais si vous aspiriez au repos, un sopha qui risquait de vous envoyer au diable (...) avec elle il fallait faire vite.» (Venises, Gallimard, 1971, p. 113 et 114) Graphite 31/2 x 41/2 in. (slight foxing & traces of folds to the top) monogram seal bottom right Literature - Terrasse, A.: Bonnard, Gallimard, Paris 1988, rep. p.255 Exhibited - Pierre Bonnard - Palazzo Reale, Milan, 27 October 1988-8 January 1989, rep. p.127 - Bonnard, Magier der Farbe Von der Heydt-Museum, Wuppertal 2010 Literature - Terrasse, A.: Bonnard, Gallimard, Paris 1988, rep. p.112 - Bernier, G.: La Revue Blanche, Ses Amis Ses Artistes, Hazan, 1991, p.60 (rep.) Exhibited - A Propos de Dessin II - Galerie Adrien Maeght, Paris 1986/7 - Pierre Bonnard - Palazzo Reale, Milan, 27 October 1988-8 January 1989, rep. p.128 - Pierre Bonnard, Galerie Claude Bernard, Paris 23 May-20 July 1991, rep. n° 25 - Femmes de Mallarmé, Musée stéphane Mallarmé, Vulaines-sur-seine, 5 March-6 June 2011, n° 26 - Misia reine de Paris, Musée d'Orsay, Paris, 12 June-9 september 2012, rep. under n° 37. History Can be compared to the painting Misia Godebska (1908), illustrated and described (n° 498) in Dauberville, J. & H.: op. cit., Tome V (Tome i revised & expanded), Bernheim Jeune, Paris 1993. Misia Godebska (1872-1950) was of Polish descent, and a talented pianist who studied with Gabriel Fauré. she was the friend of Mallarmé, Picasso, Proust, Cocteau and Chanel, and muse to Bonnard, Vuillard, Toulouse-Lautrec and renoir. she was thrice married: to Thadée natanson, director of La revue Blanche, to the american millionaire alfred edwards, and finally to the artist José-Maria Sert. Paul Morand evoked the personality of this queen of Paris better than anyone: ‘overflowing with joy or anger, original yet a copy-cat, harvesting men of genius - Vuillard, Bonnard, Renoir, Stravinsky, Picasso - all in love with her... a collector of both hearts and of Ming trees made from pink quartz, launching her fads that would soon become all the rage. The life of Misia, queen of modern baroque, was awash with mother-of-pearl, burgau and the bizarre, she was sulky, deceitful, and with a genius for perfidy and refined cruelty. She titillated genius like kings conjure up victors, merely by the vibration of her being. She was generous, yet a miser, wily, subtle, a brigand, a saleswoman, more Madame Verdurin than Madame Verdurin herself, admiring and deprecating men and women at first sight. As well-padded as a sofa but, should you seek rest, a Sopha who'd tell you to go to Hell... with her there was no time to lose.' Venises, Gallimard 1971 (pp 113/4)
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue