NAPOLÉON Ier

Lot 66
2 000 - 2 500 €
Résultat : 24 000 €

NAPOLÉON Ier

Lettre signée «Napol» au ministre de l'Intérieur Jean-Baptiste de Nompère de Champagny. Château de Saint-Cloud, 12 thermidor an XIII [31 juillet 1805]. 5 pp. in-4 sur 2 bifeuillets brochés d'un ruban de soie rose. TRÈS LONGUE LETTRE PRÉPARANT LA RÉORGANISATION COMPLÈTE DE CETTE ÉCOLE ET AFFIRMANT DÉSORMAIS SA VOCATION MILITAIRE. En 17 articles, l'empereur jette les bases d'une nouvelle institution qui préfigure les actuelles classes préparatoires à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, ou «corniches». «JE SUIS ALLÉ VOIR HIER LE PRYTANÉE DE S.-CYR. JE N'EN AI ÉTÉ QUE MÉDIOCREMENT SATISFAIT. JE NE SAIS PAS POURQUOI L'ON NE SUIT PAS DANS CETTE ÉCOLE LE PLAN D'ÉTUDES QUE J'AI ÉTABLI POUR LES LYCÉES. Il en résulte qu'on n'enseigne pas d'histoire, fort peu de géographie, et qu'on ne commence à montrer les mathématiques que quand la rhétorique est finie. Il y a des jeunes gens de 16 ans qui ne savent pas faire une addition. On montre dans une seule année l'arithmétique, la géométrie de l'algèbre à la géométrie et un peu de statique, cette distribution est vicieuse. Comment le directeur a-t-il pu se croire autorisé à ne pas suivre le plan d'études des lycées... J'AI TROUVÉ LES ÉLÈVES MAL TENUS ET LES PROFESSEURS ET MAÎTRES D'ÉTUDES AVEC UN EXTÉRIEUR TRÈS NÉGLIGÉ: cependant on a donné aux professeurs un costume pour qu'ils s'en servissent dans leurs fonctions. S'ils paraissent dans la société avec un mauvais fr ac, je ne m'en plaindrai pas; c'est dans leur classe, au milieu de leurs élèves que je veux qu'ils se montrent avec des dehors qui en imposent. LES CROISÉES D'UNE PREMIÈRE COUR ÉTAIENT REMPLIES DES FEMMES soit du directeur, soit des professeurs. L'HÔPITAL QUI DEVAIT ÊTRE FAIT DEPUIS TROIS ANS NE L'EST PAS ENCORE, la pharmacie n'est point établie; les soeurs ne sont point logées. IL N'Y A QU'UN PETIT NOMBRE D'ÉLÈVES QUI AIENT APPRIS LE MANIEMENT DES ARMES, ENCORE L'EXÉCUTENT-ILS FORT MAL ET AVEC DES FUSILS DÉGOÛTANT DE ROUILLE. J'ai vu des habillemens en lambeaux, point d'uniformité dans le vêtement, des élèves mal chaussés et d'autres en bas de soie. Tout cela annonce du désordre dans l'administration. IL NE DOIT Y AVOIR AUCUNE DIFFÉRENCE ENTRE LES ÉLÈVES; L'ÉGALITÉ DOIT ÊTRE LE PREMIER ÉLÉMENT DE L'ÉDUCATION... La situation de cette école contraste en tous points avec celle de Fontainebleau. Je désire que vous me présentiez un projet de décret qui contiendra les dispositions suivantes: 1° LE PLAN D'ÉTUDES DES LYCÉES SERA SUIVI À S.-CYR. 2° LE COLLÈGE S'APPELLERA DÉSORMAIS PRYTANÉE MILITAIRE FRANÇAIS; il n'y pourra entrer que des fils de militaires destinés à l'état militaire... 5° AUCUN PENSIONNAIRE N'Y POURRA ÊTRE ADMIS SANS L'APPROBATION DE L'EMPEREUR, et s'il n'est âgé d'au moins douze ans... 7° LES ÉLÈVES ÂGÉS DE PLUS DE 16 ANS ET SACHANT L'ÉCOLE DE BATAILLON COMPTERONT À DATER DE CETTE ÉPOQUE COMME SOLDATS. Ils feront l'exercice des fusils de dragons. Ceux qui auront plus de douze ans et moins de seize feront l'exercice du bataillon avec des mousquetons. 9° LES ÉLÈVES SERONT CHARGÉS DE L'ENTRETIEN DE LEURS FUSILS, qu'ils tiendront propres et brillans; en conséquence il y aura à l'école un armurier pour leur apprendre à tenir leurs fusils en bon état. On leur apprendra aussi à faire les cartouches... 11° LES ÉLÈVES QUI DANS LES MATHÉMATIQUES AURONT VU LA TRIGONOMÉTRIE, SERONT MENÉS SUR LE TERRAIN PAR LE PROFESSEUR DE FORTIFICATIONS QUI LEUR APPRENDRA À LEVER LA CARTE et à faire les opérations trigonométriques... 13° L'ÉCOLE AURA UN COMMANDANT MILITAIRE AYANT AU MOINS LE GRADE DE COLONEL, lequel sera sous la haute surveillance du Connétable et sous les ordres du commandant de l'École de Fontainebleau; il fera au moins tous les mois la revue, et aura pour but de son inspection d'établir l'ordre et la discipline comme à Fontainebleau... 15° TOUS LES ÉLÈVES MANGERONT À LA GAMELLE, comme cela se pratique à Fontainebleau... 17° Enfin ceux des élèves qui seront en état de soutenir les examens pour l'artillerie et le Génie, seront aptes à se présenter à l'école de Metz [école d'application de l'artillerie du Génie] sans avoir besoin de passer par l'examen de l'École polytechnique. Au moyen de ces institutions, le Prytanée militaire français se trouvera distinct des lycées & fera le premier échelon pour arriver à l'École de Fontainebleau. Ce collège restera néanmoins dans les attributions de votre ministère...» Napoléon Ier, Correspondance générale, t. V, Fayard, 2008, n° 10480
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue