PRINCE IMPÉRIAL (LOUIS-NAPOLEON BONAPARTE,... - Lot 49 - Osenat

Lot 49
Aller au lot
Estimation :
600 - 800 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 515EUR
PRINCE IMPÉRIAL (LOUIS-NAPOLEON BONAPARTE,... - Lot 49 - Osenat
PRINCE IMPÉRIAL (LOUIS-NAPOLEON BONAPARTE, DIT LE). Ensemble de 5 lettres. 1872 et années 1870. – Lettre autographe signée « Louis-Napoléon » à Charles Duperré. Camden Place à Chislehurst, 20 mars 1872. « J’ai reçu vos souhaits avec une vive joie [à l’occasion de l’anniversaire de sa naissance le 16 mars], et vos conseils avec fruit, j’espère, mais je voudrais bien sincèrement que vous puissiez me les répéter ici de vive voix, là où nous avons passé ensemble des jours qui seront j’espère les plus tristes de notre vie ; il y aura bientôt un an que nous nous sommes quittés, et je souhaitais d’avoir le bonheur de vous revoir après un si grand laps de temps, mais il paraît qu’à Versailles on en a décidé autrement [la Chambre des députés siégea à Versailles de mars 1871 à juillet 1879], et qu’on veut nous enlever même la joie de revoir ceux que nous chérissons ! J’AI REÇU POUR LE JOUR DE MA FETE DES QUANTITES DE LETTRES D’OFFICIERS, CE QUI M’A CAUSE UN GRAND PLAISIR COMME BIEN VOUS PENSEZ ; UNE DEPUTATION DE JEUNES GENS, ET UN GRAND NOMBRE DE FRANÇAIS SE SONT RENDUS A CAMDEN, et vous comprendrez aisément que j’ai été ému en comparant le 16 mars de l’année dernière avec celui de cette année. Au revoir, cher Monsieur Duperré, je vous embrasse comme je vous aime, de tout cœur... » (une p. 3/4 in-8). Sur le futur amiral Charles Duperré, voir ci-dessus le n° 35. – Lettre autographe signée « Louis-Napoléon » à une princesse, s.d. « ... Je dois vous remercier de votre attention au nom de tous ceux qui sont ici : car je n’ai pas voulu garder votre présent pour moi tout seul. J’espère que d’ici à peu j’aurai le plaisir de vous revoir et de vous faire de vive voix mes remerciements... » (une p. in-8). – Lettre signée « Louis-Napoléon ». Camden Place à Chislehurst, « 19 mars ». « Je sais quels sont les devoirs qui vous retiennent en France, et combien votre présence y est utile. Ce que nous disent ceux qui reviennent de là-bas ajoute sans cesse à l’estime et à la reconnaissance que nous avons pour vous... » (une p. in-12, dictée à son ancien précepteur Augustin Filon). – Lettre signée « Napoléon » à Jules Cornuau. Camden Place à Chislehurst, « 10 septembre ». « Je suis bien touché, mon cher Monsieur Cornuau, des vœux que vous m’avez adressés à l’occasion du quinze août [date de la saint Napoléon], et du souvenir que vous conservez à la mémoire de celui que vous avez servi avec tant de fidélité et de talent. Je ne doute pas que la carrière ne se rouvre bientôt devant votre activité et votre dévouement. Ce jour-là, personne ne suivra vos efforts avec plus d’intérêt et de reconnaissance que moi... » (3/4 p. in-8, liseré de deuil). Sous le Second Empire, Jules Cornuau (1821-1903) fut secrétaire général du ministère de l’Intérieur, puis préfet de la Somme de 1860 à 1869, et préfet de la Seine-et-Oise de 1869 à la chute du régime. – Lettre autographe signée « Napoléon » à Charles Duperré. S.l.n.d. « Je vous remercie bien affectueusement de vos vœux et aussi du souvenir aussi charmant que pratique qui les accompagnait. Je deviendrai fumeur afin de me servir du cadeau qui me vient de vous ; je trouverai un charme nouveau aux cigarettes que votre boîte aura contenues parce qu’en les grillant ma pensée se portera naturellement vers vous. NOUS ENTRONS A PLEINES VOILES (JE N’OUBLIE JAMAIS QUE JE PARLE A UN FUTUR AMIRAL) DANS UNE CRISE ANALOGUE A CELLE QUI A SUIVI LES EVENEMENTS DE 48. L’EMPIRE EN PROFITERA, j’en ai la conviction, mais il faut un peu de patience aux impatients et je redoute pour le parti le découragement qui s’empare des ci-devant optimistes qui avaient cru à une victoire impossible et que la défaite a abattus. Je vous envoie ci-inclus un mot pour le brave des braves... L’impératrice me charge de mille choses aimables pour vous et vous remercie de vos vœux... » (3 pp. in-8, en-tête imprimé à son initiale couronnée). Joint : TOUCHATOUT (Léon Bienvenu, dit). Le Trombinoscope, n° 111. Paris, septembre 1873. Bifeuillet in-4. Numéro consacré au prince impérial, surnommé « Vélocipède IV », sur un ton railleur féroce. Illustration d’un portrait-charge gravé sur bois.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue