EUGÉNIE (IMPERATRICE). Ensemble de 4 lettres.... - Lot 47 - Osenat

Lot 47
Aller au lot
Estimation :
500 - 600 EUR
Résultat : NC
EUGÉNIE (IMPERATRICE). Ensemble de 4 lettres.... - Lot 47 - Osenat
EUGÉNIE (IMPERATRICE). Ensemble de 4 lettres. 1872 et s.d. – À l’épouse d’un maréchal. Lettre autographe signée. Camden Place à Chislehurst, « 8 7bre ». « Ma chère mariscalita [« petite maréchale » en espagnol], je ne peux quitter l’Angleterre sans vous envoyer les photographies que vous me demandez. Les nouvelles que vous me donnez, sont bien aussi celles que nous recevons de France, l’heure de la justice commune, et J’ESPERE QU’IL N’Y AURA BIENTOT PLUS DE DOUTE SUR CEUX QUI ONT SERVI LOYALEMENT LEUR PAYS, TOUT PRETS AU SACRIFICE, OU BIEN CEUX QUI L’ONT FAIT SERVIR DE MARCHEPIED A LEUR AMBITION ET LEURS INTERETS. Il ne peut, croyez-moi, chère maréchale, [y] avoir deux opinions, quand les passions seront un peu amorties. Nos souvenirs à tous au maréchal, et croyez à mes sentiments bien affectueux... » (4 pp. in-12). – À « Madame André ». Lettre autographe signée. Camden Place à Chislehurst, 6 avril 1872. « J’ai reçu, ma chère..., les fleurs que vous m’avez envoyées et madame Fleury veut bien se charger de vous porter avec ce petit mot tous nos remerciements pour votre souvenir. Il m’est plus précieux que jamais aujourd’hui, et votre sympathie dont j’ai été heureuse de recevoir l’assurance est de celles qui consolent de bien des tristesses. VOUS QUI VIVEZ AU MILIEU DES AGITATIONS DE CETTE VILLE IMPRESSIONNABLE [PARIS] dont on a peine de suivre le mouvement, VOUS NE SAURIEZ VOUS FIGURER AVEC QUELLE AVIDITE nous, qui en sommes éloignés, NOUS RECUEILLONS L’ECHO DE SES PREOCCUPATIONS ET DE SES PENSEES, QUELQUEFOIS DE SON SOUVENIR. C’est notre consolation et la meilleure, je vous assure. Nous avons beaucoup de visites depuis quelque temps et je pense que le printemps, qui est le signal des plaisirs de Londres et de la saison, nous amènera aussi quelques personnes... » (4 pp. in-12). – À Armand Béhic. Lettre autographe signée. Camden Place à Chislehurst, « 25 décembre » [probablement 1872]. « ... Nous allons commencer une autre année ; que va-t-elle nous apporter. J’AI PERDU MA CONFIANCE D’AUTREFOIS, et j’aborde l’inconnu avec crainte. Mes meilleurs vœux... » (une p. in-8 oblong et une p. in-12, en-tête imprimé à son adresse, liseré de deuil). L’industriel Armand Béhic (1809-1891) mena également une carrière politique qui fit de lui un député sous la monarchie de Juillet, un sénateur et ministre sous l’Empire, puis à nouveau un sénateur (bonapartiste) sous la IIIème République. – À une « Altesse ». Lettre signée. S.l., 20 novembre 1872. « J’ai reçu la lettre que vous m’avez adressée à l’occasion de ma fête [le 15 novembre], et je vous remercie sincèrement des vœux que vous faites pour nous. Je regrette vivement que de nouvelles tentatives de rapprochement aient encore échoué entre le jeune ménage. Je serais bien heureuse de voir cesser une position si triste pour deux personnes si jeunes et dont le bonheur est lié à celui de leur famille. Je crains qu’ils ne se préparent un avenir bien troublé. Néanmoins, j’espère toujours qu’une circonstance favorable fera cesser ces pénibles malentendus. Je prie Votre Altesse de croire à tous les sentiments avec lesquels je suis, de Votre Altesse, la sincère amie et cousine... » (2 pp. 3/4 in-4, en-tête gaufré à son initiale couronnée). Joint, une coupure de presse ancienne donnant le texte d’une lettre ouverte de l’impératrice Eugénie au sujet de sa régence d’août-septembre 1871 et de l’attitude du général Trochu.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue