RARE CARTEL au singe en bronze doré à décor... - Lot 146 - Osenat

Lot 146
Aller au lot
Estimation :
30000 - 50000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 50 400EUR
RARE CARTEL au singe en bronze doré à décor... - Lot 146 - Osenat
RARE CARTEL au singe en bronze doré à décor asymétrique de feuillages et fleurs, têtes d’enfants, agrafes et enroulements, le cadran émaillé à chiffres romains et arabes séparés d’une fleur de lys dorée, reposant sur une console à décor d’un singe acrobate dans un entourage ajouré de feuillages et fleurs. Marque au c couronné (1745-1749). Le cadran et le mouvement signés de Jean Moisy à Paris (le mouvement également numéroté 54 sur la platine), horloger reçu maître en 1753. Epoque Louis XV. H : 79 cm, L : 38 cm, P : 14 cm Provenance : Ferdinand Magon de Saint-Élier (1859-1950), descendant de la famille d’armateurs Magon de la Blinaye, au château de Saint-Jouan-des-Guérets, Ille et Vilaine, inventaire du 28 mars 1939 (Archives privées). La figure du singe n’est que très rarement utilisée par les bronziers français au XVIIIe siècle. A ce titre sa présence pittoresque sur quelques bronzes exceptionnels leur confère un intérêt particulier. Les quelques rapprochements avec des bronziers identifiés font cependant émerger des personnalités majeures tel que Jacques Caffieri (1678-1755) ou Charles Cressent (1685-1768). Citons notamment les célèbres chenets aux singes dont un exemplaire est aujourd’hui conservé au Louvre, un deuxième (d’un modèle différent) au c couronné appartenait à la collection Roberto Polo et un troisième, au c couronné, provenant de l’ancienne collection de Boni de Castellane a été vendu à Paris, Christie’s, le 7 mars 2017, lot 121. Le lien avec l’œuvre de Caffieri repose sur la mention en 1755 dans son inventaire après décès de « feux à animaux ». Il est également intéressant de mentionner un cartel surmonté d’une figure de singe récemment répertorié sur le marché de l’art parisien (Galerie Franck Baptiste). Charles Cressent par ailleurs incorpora une figure de singe se balançant sur l’une de ses commodes aujourd’hui conservée au musée du Louvre. La date de maîtrise de l’horloger Jean Moisy, légèrement postérieure de trois ans aux dates du c couronné, s’explique probablement par une installation tardive du mouvement dans la caisse de bronze doré.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue