ECOLE FRANÇAISE DU XIXE SIÈCLE Portrait du... - Lot 46 - Osenat

Lot 46
Aller au lot
Estimation :
2500 - 3000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 3 500EUR
ECOLE FRANÇAISE DU XIXE SIÈCLE Portrait du... - Lot 46 - Osenat
ECOLE FRANÇAISE DU XIXE SIÈCLE Portrait du Général de division, Comte Lauberdière (1759 – 1837) Huile sur toile Cadre en bois et stuc doré à palmettes 65 x 55 cm Provenance : Collection privée Biographie : Louis-François-Bertrand du PONT d’AUBEVOYE, comte de LAUBERDIERE, né le 27 octobre 1759 au château de l’Auberdière (anciennement Lauberdière), propriété située en Anjou, plus précisément dans la paroisse de Bocé, aujourd’hui commune déléguée de Baugé-en-Anjou, où il est décédé le 8 février 1837, est un officier général et homme politique français. Il a participé à la Guerre d’indépendance des États-Unis. l est désigné le 9 thermidor an XI, pour représenter au Corps législatif le département de Maine-et-Loire. On l’appelait alors Dupont-Lauberdière. Il quitte l’assemblée l’année d’après, combat en Pologne dans les rangs de la Grande Armée et est grièvement blessé à Deppen : sa conduite dans cette affaire lui vaut la décoration de la Légion d’honneur et le grade de général de brigade le 12 février 1807. Le 3 juin 1808 il est fait baron de l’Empire. La même année, le 18 février, il était rentré au Corps législatif en vertu d’un nouvel acte du Sénat , il y restera jusqu’en 1812. Après avoir pris part à la Guerre d’Espagne pendant laquelle il commanda la place de Madrid, assista à un grand nombre d’engagements, fut gouverneur des provinces de Leon, de Zamora et de Toro, il fut encore employé en Westphalie en 1812, reçut un commandement dans la 32e division militaire en 1813, dont le chef-lieu était Hambourg, fit sauter les ponts de Haya de Nieubourg, et enleva Brême aux Russes. Puis il dirigea la retraite sur Wesel à la suite de la bataille de Leipzig, L’insurrection des pays hanséatiques de la Westphalie et de la Hollande appela le général du Pont-d’Aubevoye sur les rives de l’Yssel et du Rhin. Rallié à la Restauration, il fut promu lieutenant-général le 23 août 1814, et commandeur de la Légion d’honneur. Élu le 23 mai 1815, membre de la Chambre des Cent-Jours par le grand collège du département de Maine-et-Loire, il rentra dans ses terres après la session de cette législature. Il fut admis à la retraite le 1er janvier 1816.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue