BOURBON-LEBLANC (Gabriel ). Statistique... - Lot 1 - Osenat

Lot 1
Aller au lot
Estimation :
300 - 400 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 1 430EUR
BOURBON-LEBLANC (Gabriel ). Statistique... - Lot 1 - Osenat
BOURBON-LEBLANC (Gabriel ).
Statistique de la législation constitutionnelle de France en 1788, ou Maximes fondamentales de la monarchie française. À Paris, chez Delaunay, Pélicier, Dentu, et chez Renaudière impr., 1815. In-8, (4)-30-(2 blanches)-48 pp., maroquin à long grain rouge, dos lisse cloisonné et orné avec fleurs-de-lis et fleurs au naturel, fine frise filetée dorée encadrant les plats avec armoiries dorées au centre, coupes ornées, roulette intérieure dorée, tranches dorées ; infime accroc et pâles mouillures sur le second plat (reliure de l'époque).

ÉDITION ORIGINALE.
RÉVOLUTIONNAIRE REPENTI ET PSEUDO-ARISTOCRATE, GABRIEL DE BOURBON-LEBLANC (1775-1862)
naquit de père et de mère inconnus, reecevant d'abord le nom de Gabriel Leblanc. Après des études de droit, il fut employé au Comité
de Salut public comme chef du bureau de législation militaire, mais, à la chute de Robespierre, il tourna sa veste et publia des pamphlets
politiques réactionnaires qui le firent condamner par la justice du Directoire. Sous le Consulat et l'Empire, il enseigna le droit et
l'économie politique à l'Athénée des étrangers, et commença de publier des ouvrages sur ces sujets. En 1795, il avait commencé de
prétendre qu'il était un bâtard de Paul de Bourbon-Busset, mais se vit intenter par la famille un procès qu'il perdit, adoptant alors
le nom de « Bourbon-Leblanc ». Il se fit encore remarquer en soutenant deux faux-dauphins successifs (faux Louis XVII), Mathurin
Bruneau en 1817 et Karl Wilhelm Naundorff dans les années 1830.
RELIURE EN MAROQUIN AUX ARMES DU DUC D'ANGOULÊME (composition de plusieurs fers, absente d'OHR).
FILS AÎNÉ DE CHARLES X, LE DUC D'ANGOULÊME Louis-Antoine de Bourbon (1775-1844) fut dauphin de France de 1824 à la Révolution de 1830. Émigré de 1789 à 1814, il fut fait à son retour colonel général des cuirassiers et grand-amiral de France. En 1830, il résigna ses droits à la Couronne et s'exila avec son père et son épouse. Il mourut à Goritz en 1836.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue