21. BONAPARTE (Élisa). Lettre signée « Elisa... - Lot 21 - Osenat

Lot 21
Aller au lot
Estimation :
800 - 1000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 2 405EUR
21. BONAPARTE (Élisa). Lettre signée « Elisa... - Lot 21 - Osenat
21. BONAPARTE (Élisa). Lettre signée « Elisa », adressée au secrétaire d'État de la Famille impériale Michel-Louis-Étienne Regnaud de Saint-Jean d'Angély. Pise, 12 décembre 1809. 1 p. in-folio. « Je vous remercie de la communication que vous m'avez faite... Je ne manquerai probablement [pas] d'observations à vous adresser sur les projets de délimitation du royaume d'Italie & de la France, mais pour les rendre de quelque utilité, j'aurois besoin de connaître les bases que Sa Majesté a indiquées pour le travail de la commission. JE PENSE QU'AUJOURD'HUI IL N'EST PLUS QUESTION DE L'ECHANGE D'UNE PARTIE DE TERRITOIRE DU COTE DE LA ROMAGNE et que les limites seront proposées sans compensation... » LA QUESTION DE LA RECTIFICATION DES FRONTIERES DU GRAND-DUCHE DE TOSCANE EN VUE D'UNE CONTINUITE DES DEPARTEMENTS FRANÇAIS ITALIENS. Annexée par la France en 1808, constituée en un Grand-Duché confié à Élisa Bonaparte mais divisée en trois départements français, la Toscane n'avait pas de point de contact géographique avec les autres départements italiens de l'Empire : elle était séparée du département du Taro (Parme) par le royaume d'Italie et du département des Apennins (Chiavari) par la principauté de Lucques, possession personnelle de l'époux d'Élisa Bonaparte, Félix Baciocchi. Plusieurs projets d'échanges destinés à garantir une continuité du territoire furent proposés en vain par Joseph-Marie de Gérando, membre de la junte de Toscane, puis par Luc-Jacques-Édouard Dauchy, administrateur général de la Toscane, aidé par le géographe Jean de Baillou. La question devenait d'autant plus cruciale qu'en mai 1809 des départements français furent créés en prolongement au Sud : le Trasimène (Spolète) et Rome. Une commission mixte fut mise sur pied, mais les représentants du vice-roi d'Italie Eugène de Beauharnais et ceux de la grande-duchesse Élisa ne s'y entendirent pas. Aussi, le 5 août 1811, un décret impérial pérennisa-t-il dans leurs grandes lignes les limites discontinues de 1808. JOINT, 8 lettres et pièces sur le même sujet : — 2 CARTES gravées sur cuivre, l'une de la principauté de LUCQUES, l'autre de la principauté de PIOMBINO, avec rehauts de couleurs à l'aquarelle et légendes manuscrites. — 5 lettres sur les frontières de ces territoires, soit : une en copie manuscrite de Regnaud de Saint-Jean d'Angély à Élisa Bonaparte, une signée par l'ambassadeur de Lucques à Paris Giuseppe BELLUOMINI à Regnaud de Saint-Jean d'Angély, 3 lettres autographes signées du secrétaire des commandements d'Élisa Bonaparte Jean-Baptiste TROUSSARD à Regnaud de Saint-Jean d'Angély. — Un mémoire manuscrit de l'époque sur la principauté de Lucques et notamment ses frontières.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue