SOIRÉES DE MÉDAN (LES). Paris, G. Charpentier,...

Lot 33
Aller au lot
Estimation :
5000 - 6000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 7 150EUR

SOIRÉES DE MÉDAN (LES). Paris, G. Charpentier,...

SOIRÉES DE MÉDAN (LES). Paris, G. Charpentier, 1880. In-12, (8 dont les 2 premières blanches)-295-(1 blanche) pp., bradel de maroquin grenat, exemplaire à toutes marges (19 x 14 cm), couvertures et dos conservés (Alf. Farez rel.). ÉDITION ORIGINALE, un des 50 exemplaires numérotés sur hollande, seuls sur grand papier après 10 sur chine. RECUEIL MAJEUR CONSIDÉRÉ COMME LE MANIFESTE DU NATURALISME. Il comprend les textes suivants : « L'Attaque du moulin », par Émile Zola, « Boule de suif » par Guy de Maupassant, « Sac au dos » par Joris-Karl Huysmans, « La Saignée » par Henry Céard, « L'Affaire du Grand 7 » par Léon Hennique, « Après la bataille » par Paul Alexis. EXEMPLAIRE ENRICHI DE 37 PIÈCES : – 13 LETTRES ET CARTES AUTOGRAPHES SIGNÉES DES 6 AUTEURS : ZOLA (Émile). [À Joris-Karl Huysmans]. Médan, 24 août 1880. « Vous êtes bien aimable de songer à nous, et vous nous ferez le plus grand plaisir en venant avec Céard. Si Hennique est libre, amenez-le. Il y a des lits pour tout le monde... ». – À Marguerite Lemonnier, épouse de l'éditeur Georges Charpentier. Paris, 5 février 1879. « ... Voici où en sont les choses avec Flaubert. J'ai justement vu Tourguéneff qui revient de Croisset. Il a beaucoup ébranlé Flaubert qui, avant de dire un oui définitif, a voulu connaître les appointements de la place en question... Mon avis est donc que vous agissiez immédiatement et avec vigueur. Obtenez la situation pour Flaubert quand même, surtout si la place est réellement de six mille francs, plus le logement. Ensuite, nous la lui ferons accepter, s'il hésite encore... ». Flaubert était ruiné, et ses amis tentaient de lui trouver un emploi rémunéré. Madame Charpentier avait obtenu une promesse en ce sens de Léon Gambetta, habitué de son salon, alors qu'une place à la bibliothèque Mazarine semblait alors envisageable. – À l'écrivain Louis Desprez. Paris, 11 mai 1885. « Merci de votre bon article de L'Événement... Votre étude m'a frappé par des échappées très justes. Vous avez raison : je fais du dehors, c'est ma qualité et c'est mon défaut... Je commence mon bouquin demain... » – MAUPASSANT (Guy de). À son « cher confrère » [Rodolphe Salis, d'après une mention postérieure au crayon]. S.l., « samedi ». « J'étais venu vous voir pour vous demander de vous charger d'une petite négociation. Voici : je voudrais faire peindre un éventail par M. [Adolphe] Willette. Le charme si fin de ses dessins ressortirait-il autant sur l'éventail ? Je crois que oui, et je crois qu'il pourrait, s'il y consentait, avoir, en peu de temps, beaucoup de commandes de ce genre. Je ne le connais pas du tout personnellement et je suis un peu gêné pour traiter la question de prix, de façon à garder ma liberté sans blesser en rien cet artiste que j'apprécie infiniment. La jeune femme à qui cet éventail est destiné voulait une aquarelle de mon camarade Maurice Leloir , moi je suis convaincu que les pierrots de Willette seront délicieux avec une fine monture Louis XVI que j'ai... Mais je repars lundi pour Étretat... » – HUYSMANS ( Joris-Karl). À un moine. S.l., 9 novembre 1896. « ... Je vous raconterai quand je vous verrai le comment et le pourquoi de votre délivrance [l'abbaye de Solesmes fut occupée par des gendarmes de 1880 à 1896]. La lâcheté humaine est sans limite ! Les seuls à plaindre maintenant seront les pauvres gendarmes qui vont reprendre du service actif. Ils regretteront les journées de flâne et de pêche de Solesmes ! C'est égal, maintenant que l'affaire va se terminer, on peut avouer qu'elle n'aura pas été sans épisodes comiques !... » – [Probablement à l'éditeur Albert Messein]. Paris, 12 novembre 1904. « ... Toutes ces demandes de livres [probablement de l'édition des Poésies religieuses de Paul Verlaine, publiées chez Albert Messein avec une préface de Joris-Karl Huysmans] m'ont l'air comme à vous d'être de simples carottes et le mieux est de n'en pas tenir compte... [ Jean] de Bonnefon m'a fait demander par Jules Bois un exemplaire , celui-là m'a fait LIVRES & AUTOGRAPHES JEUDI 29 AVRIL 2021 44divers articles, peut-être pourrait-on lui en donner un exemplaire, pour sa revue... Il faudrait lui mettre une dédicace, si on lui en envoie. les japon sont tout de même pas mal. [Pierre-Victor] Stock a dû recevoir un exemplaire, car je crois bien me rappeler qu'il m'en a parlé... La vente va-t-elle un peu ?... » – À Oscar Méténier. S.l., [1er octobre 1885, d'après une mention au crayon d'une autre main]. « Je viens de terminer La Chair que vous avez bien voulu m'envoyer [recueil publié par Oscar Méténier chez Henry Kistemaeckers en 1885]... "La Famille" est surprenant de bonhommie horrible , cette simple constatation, présentée sur ce ton simple et aigu, fait grand effet. "L'Aventure de [Marius] Dauriat, dédiée à [ Jean] Lorrain qui a bien inspiré le sujet, je crois, un peu, est alertement enlevée et gaie, mais dans ce livre, la partie suggestive et vraiment intense, c'est, selon moi, la série des "Peti
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue