1963 VAN DEN PLAS AUSTIN PRINCESS MKII 3.0L

Lot 7
Aller au lot
Estimation :
10000 - 15000 EUR
1963 VAN DEN PLAS AUSTIN PRINCESS MKII 3.0L
Numéro de série 9/763
Dans la même famille depuis l’origine
Moteur 6 cylindres
Boite manuelle
100 000 kilomètres d’origine
Carte grise française

La Princess est une version de l'Austin A99 Westminster produite par BMC de 1959 à 1968, puis sous la marque Vanden Plas. Le modèle a été lancé en octobre 1959 sous le nom de Princess 3-litres. À partir de juillet 1960, ces véhicules portaient le nom de Vanden Plas Princess 3-litre, Vanden Plas étant devenu une marque d'insigne au lieu d'être connu comme carrossier de voitures d'autres constructeurs. La 3 litres a été remplacée par la Vanden Plas Princess 4 litres R en 1964.
La 3 litres était largement identique aux Austin A99 Westminster et Wolseley 6/99 conçues par Pininfarina, qui utilisaient le même châssis et la même carrosserie. La Princess a été dotée d'une identité propre avec une calandre spéciale Vanden Plas (assez carrée, avec un épais encadrement et des lamelles verticales), des phares ronds et des grilles de klaxon à l'avant. L'intérieur était somptueux, dans le style typique de Vanden Plas, avec des garnitures en ronce de noyer, des sièges et des panneaux en cuir et une moquette de haute qualité. Une séparation entre le conducteur et le compartiment arrière était une option. Au départ, elle était équipée d'un moteur BMC de 3 litres de la série C, développant 108 ch.
Une Vanden Plas Princess 3 litres avec transmission automatique a été testée par le magazine britannique The Motor en 1961 et avait une vitesse de pointe de 160 km/h. Elle pouvait accélérer de 0 à 100 km/h en 16,1 secondes et la voiture d'essai coûtait 1 467 £, taxes comprises.
Ce modèle a été remplacé en 1961 par la Vanden Plas Princess 3 litres Mark II. Le style était similaire mais l'empattement était plus long de deux pouces et des barres antiroulis étaient ajoutées à la suspension aux deux extrémités de la voiture. Le moteur est porté à 120 ch. De meilleurs freins sont montés, et les améliorations intérieures comprennent des tablettes intégrées et rabattables pour les passagers arrière. Les options incluent désormais la "climatisation Smith ».

Notre Van Den Plas (VDP) 3.0l fut immatriculée pour la première fois le 11 Juillet 1963 après avoir était achetée le 29 Avril de la même année par le grand-père du propriétaire actuel pour la somme de 28 092,59 francs avec en options les pneus à flancs blancs et la radio Phillips.
Très méticuleux, le premier propriétaire conserva le bon d’achat ainsi que le livret d’utilisation d’origine et de nombreuses factures remontant jusqu’au mois d’Octobre 1963.
L’acheteur, vieillissant, se débarrassa de sa précieuse voiture en 1992, il l’a proposa à son voisin contre une télévision haut de gamme.
Ayant grandit dedans, le petit fils du premier propriétaire ne souhaitait pas qu’il vende sa voiture et demanda au fameux voisin s’il pouvait récupérer la VDP en 1995; depuis, la voiture lui appartient et il rend hommage à son grand père en conduisant régulièrement la berline dans les rallyes automobiles et rassemblements de passionnés en Ile de France notamment.
Pour son âge, la voiture présente plutôt bien et la peinture bi-tons lui donne un coté statutaire assez marqué. cependant, de la corrosion (non perforante) est présente sur les bas de porte et sur la malle arrière, véritable maladie de cette voiture, les planchers semblent sains et, lorsque l’on soulève la moquette de coffre, aucun trous n’est à déplorer.
Lorsque l’on pénètre dans l’habitacle, on est saisie par la belle patine des cuirs d’origine qui ne sont pas déchirés mais qui doivent être rafraichis ainsi que la planche de bord à vernir. Les grands sièges confortables sont agrémentés de ceintures de sécurité à enrouleur rajoutées par le premier propriétaire dans les années 1970-1980.
Lorsque l’on s’assoit sur le fauteuil conducteur, le grand volant en bachélite noire cerclé de chrome nous rappelle que nous sommes dans une voiture de prestige relativement moderne pour l’époque et assez épurée. La boite de vitesse mécanique à 3 rapports est suffisante pour le couple que procure la voiture et permet d’atteindre tranquillement 100 à 120 km/h dans un confort typiquement anglais.
Coté mécanique, le propriétaire actuel a parcouru une centaine de kilomètres pour nous l’emmener sans encombres ni surchauffes et le moteur 6 cylindres semble bien tourner. Le vendeur indique avoir remplacé l’échappement récemment et donne à la voiture une sonorité plus roque.

C’est donc une véritable histoire familiale que nous vous offrons avec cette voiture dont le départ a beaucoup ému le dernier propriétaire; repartez au volant d’une berline confortable et abordable faite pour avaler les kilomètres.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue