MURAT (Joachim)

Lot 16
Aller au lot
1 000 - 1 500 EUR
Résultat : 1 100 EUR

MURAT (Joachim)

Lettre autographe signée à NAPOLEON Ier. Madrid, 10 avril 1808, « à 10 heures du matin ». 4 pp. in-4, une tache d'encre, trace d'onglet en marge de la dernière p. LES PRODROMES DU « DOS DE MAYO » ET DU RENVERSEMENT DE LA MONARCHIE ESPAGNOLE « JE M'EMPRESSE D'ANNONCER A VOTRE MAJESTE QUE LE PRINCE DES ASTURIES EST DECIDEMENT PARTI; il couche ce soir à Buitrago, demain à Aranda [villes au Nord de Madrid, en direction de Burgos]; le général Savari [le général et diplomate Anne-Jean-Marie René Savary] doit le pousser le plus vite possible; il va voyager avec eux. IL AMENE TOUT LE GOUVERNEMENT... JE VAIS TRAVAILLER A VOUS ATTACHER TOUT LE MONDE; je suis sûr de réussir; à présent rien ne fera plus diversion à l'opinion publique; je vais m'en emparer. Des revues, des manoeuvres, des fettes, tout cela doit m'aider dans mon pojet. VOTRE MAJESTE APPRENDRA (J'OSE L'ESPERER AVEC PLAISIR) QUE LE ROY ET LA REINE SONT ARRIVES HIER AU SOIR A HUIT HEURES A L'ESCURIAL [Charles IV d'Espagne et Marie-Louise de Bourbon-Parme] et qu'ils me tourmentent de les faire partir pour aller trouver Votre Majesté. La reine d'Étrurie me fait les mêmes instances [Marie-Louise de Bourbon, fille de Charles IV, veuve du roi d'Étrurie, et dépossédée de son royaume par Napoléon en 1807]. Le gal Savary pense, et j'ai partagé son opinion qu'il faut attendre encore trois ou quatre jours avant de les faire partir; nous avons la même opinion quant au prince de la Paix [Manuel Godoy] qui me sera remis ou que je me ferai donner dans deux ou trois jours... QUE VOTRE MAJESTE ORDONNE, TOUT SERA EXECUTE ET LES ORDRES N'EPROUVERONT AUCUNE DIFFICULTE ! QU'ELLE SOIT TOUJOURS BIEN ASSUREE QUE JE NE VIS QUE POUR LA SERVIR, et que si j'ai réussi à le faire à sa satisfaction dans cette circonstance, je suis le plus heureux des hommes... » MURAT, LIEUTENANT DE NAPOLEON EN ESPAGNE ET CHEVILLE OUVRIERE DU PIEGE DE BAYONNE: Napoléon fit envahir le Portugal en octobre 1807 et placer des troupes d'appoint en Espagne, qu'il plaça sous le commandant de Murat (20 février 1808). La Cour espagnole se retira à Aranjuez où un soulèvement renversa le favori haï, Manuel Godoy (18 mars), puis amena le roi Charles IV à une première abdication en faveur de son fils très populaire, le prince des Asturies Ferdinand. Murat refusa de reconnaître ce dernier, et manoeuvra afin d'obtenir le déplacement du roi et du prince à Bayonne pour une entrevue avec Napoléon. Quand il voulut faire partir les derniers membres de la famille royale, il provoqua le 2 mai (« Dos de mayo ») une insurrection à Madrid qu'il réprima dans le sang. Napoléon obtint peu après, en juin 1808, l'abdication de Charles IV et confia la couronne d'Espagne à son frère Joseph Bonaparte
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue