ALEXANDRE VI. Pièce signée, « Alexander...

Lot 14
Aller au lot
18 000 - 20 000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 22 500 EUR

ALEXANDRE VI. Pièce signée, « Alexander...

ALEXANDRE VI.
Pièce signée, « Alexander papa VI manu propria subscripsi », contresignée par l’ambassadeur de Venise en Cour de Rome Andrea CAPELLO, le cardinal milanais Ascanio Maria SFÒRZA, et 3 notaires. « Chambre neuve » du palais du Vatican (« in palatio apostolico in camera nova »), 22 avril 1493. 1 p. au recto d’un feuillet de parchemin in-plano (76 x 53 cm), dans l’élégante écriture dite cancelleresca italica issue de la cursive humanistique, et en langue latine ; fente restaurée affectant légèrement l’initiale ornée. Transcription
partielle avec traduction jointe.

Traité de la Ligue de Saint-Marc
« Pour la conservation et la tranquillité de toute l’Italie... »
(« pro conservatione et tranquillitate totius Italie... »)
TRIPLE ALLIANCE ENTRE LA PAPAUTÉ, MILAN ET LA RÉPUBLIQUE DE VENISE,
donc entre le pape Alexandre VI, le duc de Milan Gian Galeazzo Maria Sfòrza et son oncle le duc de Bari Ludovico Maria Sfòrza, régent de fait du duché de Milan (dits traditionnellement en France Jean Galéas Sfòrza et Ludovic le More), et le doge Agostino Barbarigo. Cette alliance fut ensuite désignée sous le nom de Ligue de Saint-Marc, car elle fut proclamée le 25 avril 1493, jour de la fête de Saint-Marc, dans l’église romaine consacrée à ce saint pour les Vénitiens de Rome.
ALEXANDRE VI A APPOSÉ ICI PERSONNELLEMENT SA SIGNATURE, TANDIS QUE
LES DEUX AUTRES PUISSANCES SE SONT FAIT REPRÉSENTER PAR D’ÉMINENTES
PERSONNALITÉS :
– LA SÉRÉNISSIME PAR ANDREA CAPELLO (vers 1444-1493), alors ambassadeur (« orateur ») à
Rome, par ailleurs procurateur de Saint-Marc et syndic, c’est-à-dire un des plus hauts administrateurs et magistrats après le doge.
– LE DUCHÉ DE MILAN PAR LE CARDINAL ASCANIO MARIA SFÒRZA, qui était le frère
de Ludovic le More. Il avait oeuvré à l’élection de Rodrigo Borgia, et avait été alors nommé en récompense vice-chancelier du Saint-Siège (chef de la chancellerie pontificale) et administrateur (« légat ») dans une partie des États pontificaux. Il se brouillerait cependant deux fois avec ce pape, la première quand il se rallierait à Charles VIII, entrant à Rome avec lui, la seconde quand Alexandre VI annulerait le mariage de sa fille Lucrèce Borgia avec le cousin du cardinal, Giovanni Sfòrza. PARFAITE FIGURE DU PRINCE
CARDINAL DE LA RENAISSANCE ITALIENNE, ASCANIO MARIA SFÒRZA (1455-1505)
fut l’ami des arts et des lettres, un bibliophile averti, le protecteur de Serafino Aquilano et de Josquin des Prés, mais également un administrateur civil et un diplomate. N’ayant reçu que les ordres mineurs, il mena une vie proche de celle d’un prince séculier.
Enluminure de facture romaine Le travail manuscrit du présent acte émanant de la chancellerie pontificale, a été assuré par le notaire et scribe apostolique Filippo da Pontecorvo, comme il l’indique lui-même au bas de l’acte, ce qui autorise une attribution du travail d’enluminure à un atelier romain. Ce travail d’enluminure comprend : – UNE REPRÉSENTATION HÉRALDIQUE TRIPARTITE unie par un réseau de rubans (243 x 80 mm, peinture polychrome, dorée et argentée) : à gauche, les armoiries du DOGE AGOSTINO BARBARIGO surmontant celles de son ambassadeur ANDREA CAPELLO, au centre, les armoiries du pape ALEXANDRE VI (inscription du cartel en-dessous à moitié effacée, probablement « [ALEX.] VI /
[PONT.] MAX »), et à droite, les armoiries du DUC DE MILAN JEAN GALÉAS SFÒRZA.
– GRANDE LETTRINE (145 x 23 mm, peinture noire, violette et or) filigranée de rinceaux végétaux avec 2 visages, l’un d’homme et l’autre de faune (portant l’ensemble à la taille de 82 x 214 mm, encre brune et plume avec rehauts de peinture jaune et violette).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue