Écritoire dite « Psyché à l’aiguière » de...

Lot 129
Aller au lot
10 000 - 12 000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 12 500 EUR

Écritoire dite « Psyché à l’aiguière » de...

Écritoire dite « Psyché à l’aiguière » de forme rectangulaire en bronze doré, elle présente en son centre une « vestale » ailée, agenouillée sur une lampe antique ciselée d’une frise de palmettes et de godrons, déversant d’une aiguière de l’huile afin de ranimer la flamme. Terminée par un piétement tripode et des griffes, elle repose sur un socle et un contre-socle sur lequel on peut lire : « Elle s’éteindra quand vous n’écrirez plus ». De part et d’autre se trouvent un encrier et un plumier sur le devant. La base ornée de palmes affrontées réparties en cinq registres verticaux et d’une frise de grecques, est fixée sur quatre patins en griffe ailée. Époque Empire (modification possible) H : 36 - L : 37 - P : 26 cm La partie centrale de cette écritoire est inspirée d’un dessin de Charles Percier1 reproduit ci-après, elle est à rapprocher aussi d’un feu livré en 1809 par la maison Thomire-Dutherme et Cie, pour le Palais de Fontainebleau ci-après reproduit et décrit « (...) Sur ces piedestaux sont des lampes antiques à ornements sur lesquelles sont des figures de femmes assises dites psiché tenant une buyre »2 1- Charles Percier et Pierre-Léonard Fontaine, Recueil de Décorations Intérieures, Paris 1801, pl 18, n°7 2- J P. Samoyault, Pendules et bronzes d’ameublement entrés sous le Premier Empire, Paris 1989, RMN Ed.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue