Exceptionnel cadre de souvenirs et d’ordres...

Lot 105
Aller au lot
4 000 - 6 000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 12 375 EUR

Exceptionnel cadre de souvenirs et d’ordres...

Exceptionnel cadre de souvenirs et d’ordres de chevalerie de la famille de Canolle, comprenant : Ordre de Saint Louis - Croix de chevalier d’époque Régence. Or et émail (éclats). Ruban. 42 x 38 mm. Ordre de Malte - Croix de chevalier. Or et émail. Couronne articulée. Anneau cannelé. Ruban. 24 x 12 mm. Ordre de la Legion d’honneur - Croix de chevalier en réduction d’époque Restauration. Argent, or et émail. Ruban. 30 x 19 mm. Décoration du lys - Lys sous couronne en argent estampé, perlé. Ruban. 35 x 15 mm. Décoration du brassard de bordeaux - Motif de brassard, en or émaillé (petit éclat) au chiffre du Roi Louis XVIII, sur fond rayonnant en canetille et paillettes d’argent doré. 61 x 94 mm. - Décoration du brassard de Bordeaux En or et émail (petit éclat au revers). Couronne solidaire. Ruban. 33 x 21 mm. - Décoration du brassard de Bordeaux En or et émail (petits éclats). Couronne articulée. Poinçon tête de coq (1809-1819) Ruban. 33 x 21 mm. - Décoration du brassard de Bordeaux, réduite En or et émail (petit éclat au revers). Couronne solidaire. Ruban. 22 x 14 mm. - Barrette en or (poinçon tête de coq) de quatre réductions d’époque Restauration, attribué à François-Henry, chevalier de Canolle : Décoration du brassard de Bordeaux en or et émail, Croix de Malte en or et émail, Légion d’honneur d’époque Restauration en argent et émail, décoration du Lys en argent. (Petits éclats) Rubans aux couleurs des quatre réductions. Souvenirs - Le Roi Louis XVIII en buste. Miniature ronde sous verre, doublé au revers de soie bleu ciel, sous un ruban des volontaires royaux. 23 mm. - Anneau de la Compagnie des «Grenadiers à cheval», attribué François-Henry, chevalier de Canolle. En cuivre doré, orné de feuillages et d’écus. Chaton à la grenade éclatante avec devise «Undique temor», «Undique lethum» et «Honneur et Fidélité» dans des écus. A l’intérieur, deux mains croisées en relief. -Anneau de fidélité dit de « Gand », attribué François-Henry, chevalier de Canolle. En or. Chaton orné d’une miniature du Roi Louis XVIII et gravé sur les côtés « gand – mars 1815 ». Anneau gravé « ma vie au roi – l’honneur a moi – adieu mon ame – mon coeur aux dames » et à l’intérieur d’un coeur monogrammé des initiales des membres de la famille royale et le nom de propriétaire le chevalier de Canolle. Ces anneaux ont été donnés aux membres de la Maison du Roi partis en exil avec le Roi à Gand (1815). Si l’anneau reste similaire, les chatons varient souvent. Présentés sur fond de velours noir, sous verre, dans un cadre doré surmonté d’une couronne de marquis 46 x 35 cm. B.E. Bibliographie : Maximin DELOCHE, « La bague en France à travers l’Histoire », Firmin Didot Henri Gabriel O’GILVY, « Nobiliaire de Guienne et de Gascogne », Dumoulin, Paris, 1858. Biographies : Ces décorations ont appartenus à quatre frères : -Marie-Jean-François-Victor, marquis de Canolle (1778-1822) décoré de l’Ordre royal de la Légion-d’Honneur et du Brassard-Bordelais, émigra en 1797, entra garde noble à cheval le 7 octobre 1799, et fit les campagnes de 1799 et de 1800 à l’armée de Condé, dans le régiment noble à cheval commandé par Monseigneur le duc d’Angoulême. Rentré en France après le licenciement de l’armée, effectué en 1801, il fut député par le comité royaliste de la ville de Bordeaux vers Monseigneur le duc d’Angoulême, au mois de mars 1814, pour informer ce prince des dispositions prises dans le but de la réception de Son Altesse Royale en cette ville. Le marquis de Canolle fut du nombre de ceux qui accompagnèrent le prince lors de son entrée à Bordeaux, le 12 mars 1814. Il fut nommé sous-lieutenant dans la compagnie des volontaires royaux, commandés par le marquis de La Rochejacquelein, son parent, puis maréchal des logis chef dans la compagnie des gendarmes de la maison du Roi, avec rang de chef d’escadron, au mois de juillet 1814. Pendant les Cent-Jours, le marquis de Canolle fut chargé de diverses missions par Leurs Altesses Royales Madame et Monseigneur le duc d’Angoulême. Compris dans le licenciement de la maison du Roi, il fut mis au traitement spécial en 1817, et mourut le 30 avril 1822. -François-Henry, chevalier de Canolle (1790-1824) chef d’escadron, capitaine commandant au 1er régiment des grenadiers à cheval de la garde royale, reçu chevalier de Malte le 9 avril 1817, décoré de l’Ordre royal de la Légion-d’Honneur et du Brassard-Bordelais, fut au nombre des volontaires royaux de La Rochejacquelein, dès la formation de cette compagnie, et fit constamment le service auprès de Son Altesse Royale Monseigneur le duc d’Angoulême, pendant le séjour de ce prince à Bordeaux. Il fut nommé brigadier, avec grade de lieutenant, dans la compagnie des grenadiers à cheval de la maison du Roi, commandée par le marquis de La RocheJacquelein, puis maréchal des logis, avec grade de capitaine, et suivit en cette qualité le Roi en Belgique en 1815. Revenu avec Sa Majesté à Paris, le chevalier de Canolle fut nommé, par ordonnance royale du 12 octobre 1815, capitaine, avec rang de chef d’escadron, dans le 1er régiment des grenadiers à cheval de la garde royale. - Eugène de Canolle, né le 25 juin 1792, brigadier des gardes du corps du Roi, avec rang de chef d’escadron, chevalier du Brassard-Bordelais, est entré avec ses frères, en 1814, dans la compagnie des volontaires royaux, puis à la formation des gardes du corps, dans la compagnie de Gramont. Il a accompagné jusqu’à Cherbourg le roi Charles X et la famille royale en 1830, et s’est retiré du service à cette époque, en vertu de son licenciement, opéré à Saint-Lô, avec le grade de chef d’escadron. - Jacques-Victor-François, chevalier, puis marquis de Canolle (1784- 1851), décoré de l’Ordre royal de la Légion-d’Honneur et du Brassard- Bordelais. M. de Canolle, ayant émigré pendant la Révolution. En 1814, il fit partie des volontaires royaux qui allèrent en armes recevoir Monseigneur le duc d’Angoulême, lors de l’entrée de ce Prince dans la ville de Bordeaux, et fit constamment le service auprès de Son Altesse Royale en qualité de brigadier dans la compagnie de La Rochejacquelein.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue