FEMME DE CHAMBRE DE MADAME SOPHIE « Je soussignée...

Lot 37
Aller au lot
600 - 800 EUR

FEMME DE CHAMBRE DE MADAME SOPHIE « Je soussignée...

FEMME DE CHAMBRE DE MADAME SOPHIE « Je soussignée Claire Legras épouse du Sieur Routtier première femme de chambre de Madame Sophie [Une des quatre fille de Louis XV] reconnois avoir reçu de M. Gui Louis Pontoise de Vaujoie receveur général des domaines de Versailles la somme de deux cents livres pour mon logement des six premiers mois de cette année 1768 à raison de quatre cents livres par an employées dans l’Etat du Roi dédits domaines de ladite année. Dont quittance à Versailles du vingt-deux décembre 1768. [signé] Claire le Gras Routier » Sous-verre, cadre en bois doré sculpté, époque Louis XV. 29 x 34,5 cm. Biographie : Sophie Philippe Élisabeth Justine de France (Versailles, 27 juillet 1734 - Versailles, 3 mars 1782) plus connue comme Madame Sophie, est la sixième des filles et la moins connue que ses soeurs, sa naissance est passée quasi inaperçue après tant de couches de la reine, de même son enfance, qu’elle passa à l’abbaye de Fontevraud, pendant douze ans (de 1738 à 1750), avec ses soeurs Madame Victoire, Madame Thérèse et Madame Louise. Elle est baptisée dans la religion catholique avec pour parrain Philippe Ier de Parme et pour marraine sa soeur aînée Louise-Élisabeth de France, duchesse de Parme. D’un caractère réservé, voire effacé, elle n’eut aucune influence à la cour et se laissa dominer par Madame Adélaïde. Réputée laide et sans trop d’esprit, on constate finalement le contraire sur les portraits que Nattier fit d’elle dans sa jeunesse. Louis XV la surnommait « Graille ». Elle suivit toujours ses soeurs dans les querelles qui les opposèrent aux favorites royales, à l’instar de Madame de Pompadour et de Madame du Barry, et elle fut toujours de leur avis en politique. Elle trouva de paisibles retraites aux châteaux de Bellevue et de Louvois, qu’elle obtint avec ses aînées. Sur les dix enfants du couple royal, elle fut une des quatre enfants royaux qui survécurent à leurs parents, et elle s’éteignit le 3 mars 1782 veillée seulement par ses soeurs Madame Adélaïde et Madame Victoire. Plutôt que de se faire autopsier, comme la coutume l’exigeait, elle demanda à ce qu’on lui ouvre le pied pour vérifier son décès. Comme tous les membres de la Maison royale, Madame Sophie fut inhumée à l’abbaye de Saint-Denis, mais son tombeau fut pillé et détruit lors de la Révolution française qui éclata 7 ans après sa mort.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue