DEVISMES DU VALGAY (Anne-Pierre-Jacques)....

Lot 90
Aller au lot
14 000 - 15 000 EUR

DEVISMES DU VALGAY (Anne-Pierre-Jacques)....

DEVISMES DU VALGAY (Anne-Pierre-Jacques). Nouvelles recherches sur l’origine et la destination des pyramides d’Égypte. Paris, 1812. Imprimé chez Charles. Et se trouve chez Treuttel et Würtz. In-8, (2 dont la seconde blanche)-iv-130-151-(1 blanche) pp., maroquin à grain long rouge, dos lisse fileté orné de palmettes dorées et, en queue, d’un semis d’étoiles dorées, plats ornés d’un décor doré à encadrement de palmettes entre deux avec fers d’angles aux hibou et abeilles en écoinçons, filet ondé sur les coupes et chaînette dorée ornant les chasses, gardes de papier bleu, tranches dorées (relié par Doll), volume conservé en un élégant boîtier cartonné rouge moderne. Édition originale. Une planche dépliante gravée sur cuivre hors texte. Tradition ésotérique de Cagliostro. Alors que la Description de l’Égypte avait commencé de paraître, fondant l’égyptologie moderne, Devismes Du Falgay affirme ici que les pyramides sont d’une conception et d’une réalisation trop vaste pour être de la main de l’homme. Il émet l’hypothèse qu’elles sont le fait d’« esprits dégradés », « rebelles » à Dieu, qui ont opéré par moyens surnaturels, et dit s’appuyer sur les propos que lui aurait tenu Cagliostro en juillet 1785. À la fin de l’ouvrage est imprimée une autre dissertation du même Devisme sur la fin inéluctable du globe terrestre, annoncée selon lui par les calculs des astronomes et les prophéties de la Bible confirmées par les Pères de l’Église. Musicien et écrivain franc-maçon, Anne-Pierre-Jacques de Vismes Du Valgay (1745-1819) – qui donna sous la Révolution une forme roturière à son nom – fut d’abord sous-directeur des fermes, mais se consacra bientôt à sa passion pour la musique : il publia un traité de composition et d’accompagnement (1767), un essai sur la musique comme langage universel (1806), et fut deux fois directeurde l’Opéra (1778-1780, 1799-1800). Il publia également des ouvrages philosophiques et fut membre de la Loge parisienne Le Contrat social. Il était le frère d’Adélaïde-Suzanne de Vismes, femme de lit de Marie-Antoinette, qui avait épousé le fermier général et théoricien de la musique Jean-Benjamin de La Borde, valet de chambre du roi. Belle reliure de l’époque signée de Jean-Frédéric Doll (étiquette sur le contreplat supérieur, gravée sur cuivre à son adresse parisienne du 16 rue Mazarine). Probablement apprenti chez Bozérian, il exerça à Paris d’environ 1796-1798 à environ 1830, et travailla notamment pour Napoléon Ier et la reine Marie-Amélie. Provenance : bibliothèque Léon Gruel (vignette ex-libris sur le premier contreplat avec n° 564 manuscrit). « Grand collectionneur et fin connaisseur en matière de livres anciens, il possédait une des plus belles collections de reliures de Paris, allant des origines au xviiie siècle inclus » ( Julien Fléty).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue