PAPAUTÉ. – 2 lettres. Les deux prélats qui...

Lot 50
Aller au lot
150 - 200 EUR

PAPAUTÉ. – 2 lettres. Les deux prélats qui...

PAPAUTÉ. – 2 lettres. Les deux prélats qui jouèrent un rôle majeur dans les relations entre la papauté et la France napoléonienne – Caprara (Giovanni-Battista). Lettre signée, en français. Paris, 12 juillet 1806 : « Je viens de recevoir, Monsieur, les deux pièces de vers tant latins que français, sur l’état actuel de la France, et sur le rétablissement de l’Université. Les objets en eux-mêmes sont trop intéressantes et c’est à cet effet que malgré la foiblesse de mes yeux je me procurerai la satisfaction d’en faire lecture , ce que je ferai aussi du poème latin, qu’avec tant de succès vous avez publié à l’occasion du Sacre de Sa Majesté l’empereur. Sensible à la bonté de me faire jouir des productions de vos talents, je vous en offre mes remerciements... » (1 p. in-4, petite déchirure angulaire affectant une lettre). Le cardinal Caprara participa aux négociations du Concordat de 1801, dont il signa le décret d’application, et fut légat du pape en France de 1801 à 1808, sacrant Napoléon Ier roi d’Italie en 1805. Son manque de fermeté vis-à-vis des exigences de l’empereur le fit rappeler à Rome. – CONSALVI (Ercole). Lettre signée avec 2 mots autographes « servitor vero C. Card. Consalvi », en italien, adressée à Anne-Antoine-Jules de Clermont-Tonnerre. Rome, 29 février 1816 : « Ho ricevuto la lettera di V[ostra] S[ignoria] Ill[ustrissi]ma coll’altra annessa per Sua Santità, alla quale mi sono fatto un dovere di presentarla, e mi dà l’onore di accluderne la risposta. La ringrazio vivamente delle felicitazioni inviatemi pel nuovo anno, e formando equali voti per le sue prosperità con sentimenti di distinta stima... » Traduction : « J’ai reçu la lettre de Votre Illustrissime Seigneurie avec l’autre jointe pour Sa Sainteté, à laquelle je me suis fait un devoir de la présenter, et je me fais un honneur d’en inclure la réponse. Je vous remercie vivement des souhaits que vous m’envoyez pour le nouvel an, et, formant également des vœux pour votre prospérité avec les sentiments de mon estime distinguée... » Le cardinal Consalvi fut le négociateur et signataire du Concordat de 1801 pour la papauté. Futur cardinal-archevêque de Toulouse, ClermontTonnerre avait été évêque de Châlons-sur-Marne jusqu’au Concordat de 1801.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue