NAPOLÉON. – FAURE (Élie). Manuscrit intitulé...

Lot 46
Aller au lot
1 000 - 1 200 EUR

NAPOLÉON. – FAURE (Élie). Manuscrit intitulé...

NAPOLÉON. – FAURE (Élie). Manuscrit intitulé « Napoléon ». Environ 135 ff. in-4 et in-8, placés sous chemise de vélin fort dans un portefeuille de percaline brique avec pièce de titre noire au dos. Manuscrit complet qui présente de nombreuses variantes de styles avec la version imprimée parue en 1921 chez Georges Crès. Napoléon fut constamment réédité, en 1924, 1964, 1983 et 2019. Envoi autographe signé : « à Pierre Faure, mon cher neveu, qui, je l’espère, ne confondra jamais Bonapartisme et Napoléon... » Samedi 7 Décembre 2019 / Osenat / 35 Napoléon, Célèbre essai historique traversé par un souffle lyrique apocalyptique, qui est la marque du style d’Élie Faure : médecin marqué par la Grande Guerre, historien et critique d’art sensible au sublime, libertaire militant irrespectueux des conventions bourgeoises, il avait baigné dans sa jeunesse dans un milieu de pasteurs protestants lié à la famille Reclus qui comptait plusieurs penseurs anarchistes. « Du point de vue de la morale il n’est pas défendable. Même, il est incompréhensible. En effet, il viole la loi, il tue, il sème la vengeance et la mort. Mais aussi il dicte la loi, il traque et écrase le crime, il établit l’ordre partout. C’est un assassin. C’est un justicier. Dans le rang, il eût mérité la corde. Au sommet il dicte la règle et distribue d’une main ferme la récompense et le châtiment. C’est un monstre à deux faces. Comme nous tous, peut-être. Mais dans tous les cas comme Dieu. À peu près personne ne l’a vu. Ni ses détracteurs, ni ses apologistes. C’est au nom de la morale que tous l’attaquent, ou le défendent. C’est aisé pour les premiers. C’est moins aisé pour les autres. Mais c’est que la morale est plus étroite que la vie. Et moins complexe. Et ne traînant pas comme elle, dans sa contexture tragique, les sublimes antinomies dont l’opposition continue fait la substance du héros et qui interdisent au héros d’être plus et moins qu’un homme. Du point de vue de la morale, il est bien l’Antéchrist, comme les disciples du Christ figuraient l’Antéchrist. Et cependant, dans la profondeur du réel, il est plus près du Christ que ne le fut le plus puissant de ses disciples, car il n’est pas deux hommes, parmi tous ceux qui aient paru sur la terre, qui soient plus loin de saint Paul que Jésus et Napoléon. Du point de vue de l’art, tout s’illumine. C’est un poète de l’action. Voilà tout... Il a pu commettre contre son art, comme tous les artistes, des fautes qui, sous l’angle moral, sont regardées comme des crimes, mais l’œuvre en son ensemble est parmi les plus surprenantes qu’artiste ait imaginées. Parmi les plus durables aussi, par son esprit, et indépendamment de sa survivance matérielle qui périt mais importe peu. Parmi les plus décisives dans l’histoire spirituelle de l’humanité. La plus décisive, sans doute, depuis celle du Christ, étant immorale comme elle, puisque, comme elle, elle culbute toutes les habitudes sociales et les préjugés de son temps, dissout, disperse les familles, précipite le monde entier dans un abîme de guerre, de gloire, de misère et d’illusion... » (f. 1). Le Napoléon d’Élie Faure souleva l’enthousiasme d’Abel Gance, autre lyrique apocalyptique, qui lui écrivit le 20 septembre 1927 – année de la première sortie de son film Napoléon : « Donc, depuis un mois, de Thiers à Madelin, de Marco St-Hilaire à Masson, de Gourgaud à Chateaubriand, d’O’Meara à Stendhal, de Walter Scott à Ludwig, d’Henry Houssaye à Aldanov, de Lord Rosebery à Léon Bloy, de Carlyle à Élie Faure, je plonge dans des océans d’histoire et je reviens à la surface à chaque fois avec une gerbe d’étincelles. Avec votre Napoléon : c’est du feu que je rapporte du fond de l’histoire... »
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue