MIRABEAU (Honoré Gabriel Riquetti de). Lettre...

Lot 41
Aller au lot
400 - 500 EUR

MIRABEAU (Honoré Gabriel Riquetti de). Lettre...

MIRABEAU (Honoré Gabriel Riquetti de). Lettre autographe signée « Mirabeau fils », adressée « à... monsieur Michaud, procureur du roi chez Mr Morand à Largillia ». S.l., « Mardi gras à 9 heures 1/2 du soir... » [20 février 1776]. 1/2 p. in-8 carré, adresse au dos, 2 vestiges de cachet de cire rouge , page d’adresse avec salissures. « Sitôt ma lettre reçue, j’attends de votre amitié, mon cher ami, que vous monterez à cheval pour venir ici. Vous m’y trouverez où vos sœurs vous diront, et où elles seules sçavent, vous pourrez m’y voir sur le champ. Amenez Mauvaiset , priez-le de ma part de vous suivre tout de suitte , je vous embrasse, ne tardez pas un instant. Il s’agit du tout... » Mirabeau recherché pour adultèrese cache à Pontarlier. Dépensier et coureur, Mirabeau subi diverses mesures de rétorsion prises par son père : il est frappé d’« interdiction » en 1774, puis, l’année suivante, enfermé par lettres de cachet au château d’If, avant d’être transféré au fort de Joux dans la Franche-Comté. Les conditions de sa détention sont bientôt adoucies et il finit par louer un logement dans la ville toute proche de Pontarlier, où son esprit et sa faconde le firent admettre dans la bonne société. Il fréquenta une femme de mœurs faciles, Jeanne Michaud, dite Jeanneton, également maîtresse du marquis de Saint-Mauris, gouverneur du fort de Joux, et se lia avec le frère de Jeanneton, Jean-Baptiste Michaud, procureur du roi au bailliage de Pontarlier. Peu après, il entama une liaison avec Sophie Richard de Ruffey, épouse malheureuse d’un barbon septuagénaire, le marquis de Monnier, ce qui finit par être de notoriété publique, ce qui incita le marquis de Saint-Mauris à mettre fin aux libertés accordées à Mirabeau. Celui-ci se cacha alors à Pontarlier à partir de la mi-janvier 1776, et fut tenu au courant de la procédure à son encontre grâce à l’avocat Mauvaiset, amant et futur mari d’une autre fille légère, Marguerite Barbaud, dite Gotton, chez qui Mirabeau avait souvent retrouvé Sophie de Monnier. Après moult péripéties, il s’enfuit à l’étranger en août 1776 avec Sophie de Monnier, mais arrêtés en Hollande en mai 1777, la jeune femme fut enfermée dans un couvent et lui fut incarcéré à Vincennes jusqu’en 1780.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue