ARAGON (Louis). Lettre autographe signée...

Lot 7
Aller au lot
600 - 800 €
Laisser un ordre
Votre montant
 
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

ARAGON (Louis). Lettre autographe signée...

ARAGON (Louis). Lettre autographe signée « Louis A. » adressée à Denise Kahn.7S.l.n.d. 2 pp. in-folio. MAGNIFIQUE LETTRE D'AMOUR. TRADUCTRICE DE L'ALLEMAND, UN TEMPS PROCHE DES SURRÉALISTES, DENISE KAHN (1896-1969) était la cousine de la première épouse d'André Breton, Simone, et fut successivement l'épouse du docteur Georges Lévy (1921) puis de l'écrivain, philosophe et sociologue Pierre Naville (1928). Elle milita ardemment pour diffuser les idées de Léon Trotski qu'elle fréquenta au début des années 1930. DENISE KAHN INSPIRA UN AMOUR FOU À LOUIS ARAGON QUI L'ÉVOQUA SOUS LES TRAITS DE BÉRÉNICE DANS SON ROMAN AURÉLIEN. « Peut-être qu'il n'y a rien au monde qui me fasse le plaisir de vos lettres, Denise, et je sais très bien que vous ne m'écrirez plus si je ne vous écris pas. Pourtant tous les jours je ne vois jamais venir le facteur sans cet espoir absurde que vous m'aurez écrit toute seule, sans que je sois venu vous tenir la main. Cela fait ensuite une espèce d'ombre qui s'étend entre onze heures et midi, puis qui se dissipe très lentement, de façon que je revoie votre visage tout pur vers trois, quatre heures. Alors vous ne me quittez plus. AINSI PASSE MON TEMPS, ET QUELQUE CHOSE DE MOI S'USE AU BORD DE LA MER. J'ai un peu rêvé de vous cette nuit, voilà peut-être pourquoi je vous écris, ce matin, malgré la perversité qui me prend chaque fois que je vais le faire, et qui m'en retient pour que vous ne m'écriviez pas non plus. J'AI UNE PEUR HORRIBLE DES PAROLES ENTRE NOUS, VOUS SAVEZ, VOUS, COMME JE PEUX, COMME J'AIME GARDER LE SILENCE. ET CE QUE J'AI À VOUS DIRE NE S'ÉCRIT PAS, TOUS CES MOTS QUI VONT FAIRE UN CHEMIN INCONNU EN VOUS, ET PERSONNE POUR LES RATTRAPPER S'ILS S'ÉGARENT, PERSONNE POUR VOUS PRENDRE LA MAIN, VOTRE MAIN. Je la vois très bien, votre main. Elle est posée sur mon papier depuis deux ou trois minutes, et je la regarde, je pourrais la dessiner, la toucher. VOUS VOYEZ COMME JE SUIS FOU MAIS QUE FAITES?VOUS AUSSI AU DIABLE, ET NON PAS À MOI ? Ce que je me demande, ne parlez pas de méfiance, vous sentez que c'est un mot pour un autre, et ni vous ni moi ne savons prononcer ces mots-là qui ont une vie souterraine, après – ce que je me demande c'est si il reste vraiment quelque chose de moi auprès de vous quand je n'y suis plus , si vous n'êtes pas à la merci de la distraction, de l'ennui, des personnes , et moi bien perdu dans tout ça. Un grain de certitude, comment pourrais-je le payer ? Ne me reprochez d'être lassant, de vous demander toujours la même chose. Ne me dites pas que je devrais savoir. Je ne sais rien. Je vous revois un jour à Strasbourg me disant ainsi : "Mais n'avez-vous pourtant pas assez vu hier ?" Non, Denise, ni hier, ni demain. UN NOYÉ, ON NE LUI DONNE PAS QU'UN PETIT INSTANT DE TERRE FERME, ET PUIS VA?T?EN. Arrangez cela, arrangez tout : je ne veux pas que vous veniez dans ce pays. D'ailleurs je vais en partir. Et j'ai une sorte d'idée que ce serait très mal, affreux. Je serais tout le temps à mentir, et un jour dans les Vosges, vous savez, j'ai senti que je commençais à m'habituer au mensonge, doucement. HIER, J'AI PARLÉ DE VOUS TRÈS LONGTEMPS, AVEC DRIEU [Pierre Drieu La Rochelle], parce qu'il n'y avait pas moyen de lui parler de vous à voix haute. C'était vous et ce n'était pas vous. Je vous avais donné le déguisement voulu. Et alors, je me suis mis à penser et à dire avant de savoir que je les pensais, des choses que je ne m'avouais pas depuis des mois. Je faisais des projets. Vous voyez bien que c'est impossible. Dès que j'ai dit ce dernier mot, je me révolte. Pardonnez cette espèce de monologue qui ne doit pas du tout être compréhensible à l'autre bout du fil. ET PUIS OÙ VIENDRIEZ?VOUS, AVEC TOUT CE MONDE, ET VOS CHIMÈRES ? LES HÔTELS MISÉRABLES À 40 FRANCS PAR JOUR. PAS DE CHAMBRES. MOI, D'AILLEURS, JE NE PEUX PAS ALLER À L'HÔTEL, JE N'AI PAS D'ARGENT. NI BEAUCOUP, NI PEU : PAS. Depuis quelques jours je pense férocement à l'argent : prisonnier pour prisonnier, que ce soit de l'argent qu'on a, comme je vois tout le monde, ou de celui dont on manque, comme moi. Denise, combien est-ce qu'il faut qu'un homme gagne d'argent par mois, au plus juste, pour arriver à vivre avec une femme, et que la femme ne s'en aille pas ?... Tout cet espace, et tout ce temps : quand ce que je vous dis vous aura touché et me reviendra, où serai-je, où en seraije ? L'autre fois, votre lettre m'est revenue avec une idée de moi qui était déjà morte , j'avais cassé mes lunettes jaunes, je m'étais dégoûté des chemises noires. Le soleil, il faut dire, est maintenant parti, après m'avoir fait de grandes brûlures sur les épaules, et il y a eu un orage, la mer est dans la brume une partie du jour. ON M'EMMÈNE DANS LES DANCINGS, LES RESTAURANTS, CHEZ DES GENS. ON M'EMMÈNE. MAIS MOI PENDANT CE TEMPS, OÙ SUIS?JE ? ICI ET AILLEURS, TIRAILLÉ, ÉCOUTANT UNE SORTE D'ÉCHO MONTANT, QUI A UN ACCENT DOMINATEUR. Cela prend forme, vous savez. Denise, dites-moi une fois seulement qui, ce qui me domine... »
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue