Joseph-Désiré COURT (Rouen, 1797 - Paris,...

Lot 142
Aller au lot
10 000 - 12 000 €
Laisser un ordre
Votre montant
 
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

Joseph-Désiré COURT (Rouen, 1797 - Paris,...

Joseph-Désiré COURT (Rouen, 1797 - Paris, 1865) « Portrait de Justin Napoléon, 2e marquis de Chasseloup-Laubat, en uniforme d’officier d’état major, 1844 » Huile sur toile ovale, signée et datée en bas à gauche « Court 1844 » (Quelques petites restaurations anciennes) 74cm x 60,5cm Dans son cadre en bois doré Provenance: Collection de Monsieur Norbert de Beaulieu Exposition: « Portrait(s) d’un collectionneur » Luxembourg, Villa Vauban, 2 décembre 2000 - 4 février 2001 Reproduit dans le catalogue, n°24, p.46 («Portrait d’un homme en uniforme vert, décoré de la Légion d’honneur, 1844) - le modèle n’avait pas encore été identifié. Justin Napoléon de CHASSELOUP-LAUBAT Paris, 20 juin 1800 - Francfort-sur-le -Main, 6 octobre 1847), est le fils aîné de François Charles Louis, marquis de Chasseloup-Laubat, né à Saint-Sornin (Charente-Maritime) en Saintonge le 18 août 1754, d’une famille noble qui s’est illustrée dans la carrière des armes, décédé à Paris en 1833. Il suivit don également une carrière militaire. En 1821, il passa au 17e Chasseurs (Chasseurs des Pyrénées), puis au 1er régiment de grenadiers à cheval de la garde. Il a participé à l’expédition d’Espagne et à la prise du Trocadéro. Quand le général Guilleminot fut chargé de l’ambassade de Constantinople, Chasseloup-Laubat lui fut attaché comme officier d’état-major, et on le chargea d’importants travaux topographiques sur les côtes du Bosphore et de la Mer Noire. En 1824, 1825 et 1826, il eut à remplir d’importantes missions en Grèce, en Egypte et en Syrie. De retour en Turquie en 1826, il fut admis dans les cadres du corps royal d’état-major, mais mis en disponibilité. L’ordonnance du 10 décembre 1826, qui réorganisa ce corps, plaça Chasseloup-Laubat au Ier hussards, où il passa, le 3 mai 1829, avec le grade de sous-lieutenant, dans le 2e cuirassiers de la garde. À la révolution de juillet 1830, le maréchal Maison le rappela à l’activité en se l’attachant comme officier d’ordonnance (25 octobre 1830). Chasseloup-Laubat l’accompagna à l’ambassade de Vienne, puis à celle de SaintPétersbourg. De retour en France, il fut chargé en 1836 d’une mission en Algérie, qui lui valut le grade de chef d’escadron d’état-major. Il fut nommé ministre plénipotentiaire de France près la Confédération germanique et mourut à Francfort, le 6 octobre1847, dans l’exercice de ses fonctions. Nommé officier de la Légion d’honneur le 1er juillet 1843, il est reçu commandeur le 10 septembre 1845. Le 26 décembre 1835, le 2e marquis de Chasseloup-Laubat a épousé Marie Augustine Antoinette Le Boucher des Fontaines, fille d’un jurisconsulte à Rouen. Œuvres en rapport : - Portrait de Marie Augustine Antoinette Le Boucher des Fontaines avant son mariage, en 1831, est conservé au Musée des Beaux-Arts de Rouen (inventaire n° 883.3.2). -Portrait de Marie Augustine Antoinette Le Boucher des Fontaines le second, qui est le pendant de notre tableau (même format, cadre identique) n’est pas daté mais a très vraisemblablement été réalisé en 1844, comme celui du marquis de Chasseloup-Laubat. Ce portrait n’est actuellement pas localisé, mais il en existe une photographie. Joseph-Désiré COURT (Rouen le 14 septembre 1797, décédé à Paris le 23 janvier 1865) Par sa mère, il descend du peintre Hyacinthe Rigaud. Elève très doué du baron Gros, il remporta le grand prix de peinture le 6 octobre 1821, ce qui lui permit de découvrir la Ville Eternelle et l’Italie... A Rome, il fut l’hôte de l’Académie de France jusqu’en 1826, et pendant cette période féconde, il envoya plusieurs œuvres au Salon de Paris. Eminent peintre d’Histoire (Le Roi Louis-Philippe distribuant des drapeaux à la Garde nationale, le 29 août 1830 - Le mariage du Roi des Belges, Léopold Ier, avec la Princesse Louise d’Orléans, Versailles, Musée de l’Histoire de France), mais surtout grand portraitiste (portraits de personnages officiels comme le Roi des Français, sa sœur Madame Adélaïde, le marquis de La Fayette), il fut également fort apprécié à l’étranger (Portraits du Roi et de la Reine de Danemark, de Pie IX). La Russie lui voua une admiration particulière, puisque J.D. Court fut chargé du décor de la coupole de la nouvelle cathédrale Saint-Isaac à Saint-Pétersbourg, en 1850... Le musée de l’Ermitage conserve par ailleurs son magnifique portrait de Yekaterina Scherbatova,1840. En 1844, de notre tableau, le peintre réalisa aussi sa très célèbre composition Rigolette cherchant à se distraire en l’absence de Germain, d’après Les mystères de Paris d’Eugène Sue (Musée des Beaux-Arts de Rouen). Professeur à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, chevalier de la Légion d’honneur en 1838, il fut nommé conservateur du musée de Rouen en 1853. Il décéde à Paris en 1865, mais fut inhumé dans sa ville natale, Rouen, où sa sépulture est toujours visible. Nous remercions Monsieur Jean-Loup Leguay pour les informations qu’il nous a aimablement communiquées sur ce lot, qui sera inclus dans son catalogue raisonné de l’artiste actuellement en préparation.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue