[MANUSCRIT] - [MONDENARD (Saint-Sardos de...

Lot 130
Aller au lot
6 000 - 6 500 €
Laisser un ordre
Votre montant
 
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

[MANUSCRIT] - [MONDENARD (Saint-Sardos de...

[MANUSCRIT] - [MONDENARD (Saint-Sardos de Montagu, Marquis de)]. Aperçu sur l’état actuel de la France. S.l., s.d., (mai 1814), in-4 carré, [3] ff. n. ch. (dédicace, table des chapitres), 308 pp. couvertes d’une écriture fine et lisible (environ 25/30 lignes par page), maroquin cerise, dos lisse orné de hachurés et caissons fleurdelisés dorés, double encadrement de double filet doré enserrant des guirlandes sur les plats, fleurs de lis en écoinçon, armes au centre, tortillon doré sur les coupes, tranches dorées, hachuré doré sur les contreplats, gardes de papier violine (reliure de l’époque). Exceptionnel état de la France manuscrit rédigé à la fin de l’Empire à destination de Louis XVIII lui-même. Signataire de la dédicace à Louis XVIII, Jean Saint-Sardos de Montagu, marquis de Mondenard (1761-1823) représente à merveille cette catégorie de nobles de fraîche date d’autant plus attachés à la monarchie que leur illustration est récente : d’une famille récemment anoblie (en mai 1764 en la personne de Pierre Saint-Sardos), il participa en 1789 aux assemblées de son Ordre à Cahors et Toulouse, émigra assez tôt en Angleterre tout en conservant pendant les années difficiles la terre et le château de Mondenard (entre Moissac et Cahors), acquis par son père en 1777. Il les garda jusqu’en 1812, date à laquelle il s’en sépara au profit du baron Chazal (préfet des Hautes-Pyrénées) pour acheter la terre de Malause. Sa mort sans héritier en 1823 mit fin à la brève existence de ce nom et de la lignée. Cf. Quérard VI, 198. Une phrase prise dans la conclusion montre assez bien l’orientation générale de la pensée : “Il doit être évident, on ne sauroit trop le répéter que l’on ne peut consolider l’Etat qu’en donnant satisfaction réelle aux amis de la liberté, en épurant les moeurs, en établissant de véritables corporations, en soulageant les contribuables, en favorisant l’agriculture, les manufactures, les arts et le commerce , en payant toute la dette publique, en effaçant le malheur des émigrés, enfin en conciliant tous les intérêts”. C’est vaste, et sans doute irréalisable vu les divisions du pays, mais ce n’est pas idiot. Très bel exemplaire de présent aux armes de Louis XVIII.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue