MUSIQUE. – MANUSCRIT intitulé « Recueil d’airs...

Lot 5
Aller au lot
6 000 - 7 000 €
Laisser un ordre
Votre montant
 
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

MUSIQUE. – MANUSCRIT intitulé « Recueil d’airs...

MUSIQUE. – MANUSCRIT intitulé « Recueil d’airs ». XVIIIe siècle. In-4, (2)-6-191 pp. sur feuillets ornés aux rectos et aux versos d’encadrements floraux gravés sur cuivre et tirés à l’encre vert-bleu , le tout relié en maroquin grenat, dos lisse cloisonné et fleuronné, large dentelle dorée aux petits fers encadrant les plats avec armoiries dorées au centre, coupes filetées, roulette intérieure dorée (reliure de l’époque). IMPORTANT RECUEIL DE PLUS D’UNE CENTAINE D’AIRS, AVEC MUSIQUE NOTEE, proposant parfois plusieurs chansons pour le même air, provenant pour partie des recueils de l’éditeur Christophe Ballard. Si certains airs sont demeurés anonymes, d’autres sont, pour leurs textes, attribués à des écrivains tels que BOILEAU (« Voici les lieux charmants où mon âme ravie... », p. 25), COLLE (« Fais comme moy, bois... », pp. 150-151), Antoinette DESHOULIERES (« Rossignols, dont le doux ramage... », pp. 130-131), DUFRESNY (« Philis plus avare que tendre... », p. 189), le président HENAULT (« Quoi vous partez sans que rien vous arrête... », pp. 16-17), HOUDAR DE LA MOTTE (« Les souhaits », « Que ne suis-je la fleur nouvelle... », pp. 56-57, « Dans un bois solitaire et sombre... », pp. 74-75), MONCRIF (« Je voyois sans être inquiette / Daphnis m’aborder quelquefois.../ », pp. 6-7, « Quoi ! Du dieu qui m’enflamme... », p. 177, « Viens m’aider, ô Dieu d’amour... », pp. 180-181) ou encore VOLTAIRE (« Pour soumettre mon âme / À l’empire des plaisirs... », pp. 4-5). En outre, deux des présentes chansons demeuraient encore célèbres à l’époque de RETIF DE LA BRETONNE, qui les cite dans ses œuvres : « Quelle est cette humeur farouche... » (pp. 10-12), mentionnée dans Les Contemporaines comme « chanson de Marie-Jeanne » , et « De la sombre jalousie, maris, fuyez le poison » de Charles-François Panard (pp. 32-34), mentionnée dans Les Provinciales comme « Chanson d’Edme ». BELLE RELIURE ORNEE EN MAROQUIN AUX ARMES DE L’EPOQUE (armes non identifiées, OHR, pl. n° 433, verso). Même si la reliure est de facture française, le genre des ornements extérieurs héraldiques des armoiries dorées, le style et la couleur des encadrements gravés, de même que certaines particularités orthographiques du manuscrit semblent rattacher ce bel objet au domaine germanique.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue