BRETEUIL (Louis-Nicolas Le Tonnelier de)....

Lot 1
Aller au lot
7 000 - 7 500 EUR
Laisser un ordre
Votre montant
 EUR
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

BRETEUIL (Louis-Nicolas Le Tonnelier de)....

BRETEUIL (Louis-Nicolas Le Tonnelier de). Manuscrit portant des titres avec variantes, dont « Mémoires concernant la charge & les fonctions d’introducteur des ambassadeurs » (premier volume) et « Mémoires du baron de Breteuil introducteur des ambassadeurs » (volumes suivants), xviiie siècle. 6 volumes in-folio, environ 2200 pp., veau brun marbré glacé, dos lisses cloisonnés et fleuronnés avec pièces de titre grenat, armoiries dorées au centre des plats, coupes filetées, tranches mouchetées, dos et un plat passés avec quelques petits trous de vers, quelques coiffes usagées dont deux avec manque, quelques coins usagés, deux pièces de titre avec petit accroc (reliure de l’époque). ? QUI A EU PLUS DE PART QUE CELSE À TOUTES CES INTRIGUES DE COUR ? ? ?LA BRUYÈRE À PROPOS DU BARON DE BRETEUIL?. D’une famille de grands serviteurs de l’État, frère d’un intendant des finances, il fut nommé lecteur ordinaire du roi en 1677, et employé à une mission diplomatique auprès du duc de Mantoue de 1682 à 1684. Fait alors conseiller du roi, il exerça la charge d’introductur des ambassadeurs de 1698 à 1716 (en premier semestre). Personnage saillant de la Cour par sa position, il est évoqué par plusieurs écrivains de son époque – à son avantage sous les traits de Cléante dans l’ouvrage de sa maîtresse la présidente Ferrand, Histoire des amours de Cléante et de Bélise (1689), et dans des portraits-charge par La Bruyère et Saint-Simon. Dans le chapitre « Du Mérite personnel » des Caractères, La Bruyère écrit de lui : « Celse est d’un rang médiocre, mais des grands le souffrent , il n’est pas savant, il a relation avec des savants , il a peu de mérite, mais il connaît des gens qui en ont beaucoup , il n’est pas habile, mais il a une langue qui peut servir de truchement, et des pieds qui peuvent le porter d’un lieu à un autre. C’est un homme né pour les allées et venues, pour écouter des propositions et les rapporter, pour en faire d’office [...], pour réussir dans une affaire et en manquer mille, pour se donner toute la gloire de la réussite, et pour détourner sur les autres la haine d’un mauvais succès. Il sait les bruits communs, les historiettes de la ville , il ne fait rien, il dit ou il écoute ce que les autres font, il est nouvelliste [...] Il est entré dans de plus hauts mystères, il vous dit pourquoi celui-ci est exilé, et pourquoi on rappelle cet autre [...] Qui a eu plus de part que Celse à toutes ces intrigues de Cour ? et si cela n’était pas ainsi, s’il ne l’avait du moins rêvé ou imaginé, songerait-il à vous le faire croire ? Aurait-il l’air important et mystérieux d’un homme revêtu d’une ambassade ? » Dans ses Mémoires (année 1698), SAINT?SIMON insiste également sur plusieurs des mêmes points : « C’était un homme qui ne manquait pas d’esprit mais qui avait la rage de la cour, des ministres, des gens en place ou à la mode, et surtout de gagner de l’argent dans les partis en promettant sa protection. On le souffrait et on s’en moquait. » MÉMOIRES CONÇUS COMME UNE SUCCESSION DE RÉCITS COMMENTÉS, suivant un ordre chronologique : le baron de Breteuil précise, pour les ambassades mentionnées, les entrées à Paris, les ordres de marches, le déroulement des audiences publiques et secrètes accordées par le roi, les visites rendues aux princes et princesses du sang, en accompagnant ses relations de remarques historiques et synthétiques sur des points d’étiquette. Certaines remarques se développent en véritables petits traités autonomes : « Des petites filles de France », « De la manière dont Monsieur reçoit un prince souverain », « Réception des généraux d’ordre [religieux] », « Cérémonial qui s’observe lorsque le roy donne le bonnet à un cardinal françois », etc.LE BARON DE BRETEUIL ÉVOQUE LES AMBASSADEURS DE TOUTE L’EUROPE, MAIS AUSSI DES PAYS LOINTAINS, Maroc (1699), « Moscovie, Turquie, Siam & Maroc » (annexe de l’année 1714) ou Perse (1715), et livre en regard le récit de quelques entrées d’ambassadeurs français dans les Cours étrangères, notamment à Londres et à Vienne. IL RELATE DES MOMENTS IMPORTANTS DE LA VIE DE COUR SOUS LOUIS XIV, notamment l’annonce de l’avènement du duc d’Anjou comme roi d’Espagne (« Mr , voilà le roy d’Espagne », 1700, p. 441), la cérémonie d’hommage du duché de Bar entre les mains du roi par le duc de Lorraine (1699), les négociations et réjouissances pour les mariages du duc de Mantoue (1704) ou du duc de Berry (1710), les deuils pour les morts de Philippe d’Orléans, (1701), du duc de Bretagne (1705), du grand dauphin (1711), du duc et de la duchesse de Bourgogne (1712), du duc de Berry (1714), etc. LE BARON DE BRETEUIL DONNE À TITRE DOCUMENTAIRE DES COPIES DE TEXTES AFFÉRENTS : une ordonnance royale, des mémoires au roi, des correspondances échangées avec le secrétaire d’État aux Affaires étrangères, un bref pontifical, des lettres d’ambassadeurs. Il livre également des extraits des mémoires de Nicolas Sainctot, introducteur des ambassadeurs durant l’autre semestre de chaque année, des passages des Mémoires de Claude Labbé de Villeras, secrétaire à la conduite des ambassadeurs sur la même période, un extrait du célèbre Journal du marquis de Dangeau, ou encore une relation écrite par Hardouin Le Fèvre de Fontenay, qui parut dans le Mercure de France en 1715 sous le titre Journal historique du voyage de l’ambassadeur de Perse en France. Il complète le tout avec quelques extraits de périodiques (Gazette, The London Gazette). AVEC LE DESSIN D’UN PLAN DE TABLE. Il existe plusieurs autres exemplaires de ces Mémoires, conservés à la bibliothèque de l’Arsenal, à la bibliothèque de Rouen, et au château de Breteuil. Plusieurs extraits en furent d’abord publiés, avant qu’Évelyne Lever en donne l’édition intégrale en 1992 (réédition en 2009). « Je m’en vais mais l’État demeurera toujours... » RÉCIT DE LA MORT DE LOUIS XIV, EXTRAIT DU JOURNAL DU MARQUIS DE DANGEAU, EN COPIE ANTÉRIEURE À SA PUBLICATION. Cet important journal ne serait édité pour la première fois que partiellement par Voltaire en 1770 et intégralement par Soulié et Dussieux en 1854-1860. Le présent extrait (ici pp. 321-344 de l’annexe de l’année 1715) figure dans le tome XVI de l’édition Soulié (1859, pp. 127-128). « ... Il a adressé la parolle à haute voix à tous ce que nous étions de ses officiers dans la ruelle, et auprès de son balustre, nous avons tous aproché de son lit, et il nous a dit : ? MESSIEURS, JE SUIS CONTENT DE VOS SERVICES, vous m’avez fidellement servuy et avec envie de me plaire. Je suis fâché de ne vous avoir pas mieux récompensé que j’ay fait, les derniers tems ne l’ont pas permis. JE VOUS QUITTE AVEC REGRET, SERVEZ LE DAUPHIN AVEC LA MÊME AFFECTION QUE VOUS M’AVEZ SERVY. C’est un enfant de cinq ans qui peut essuyer bien des traverses, car je me souviens d’en avoir beaucoup essuyé pendant mon jeune âge. JE M’EN VAIS MAIS L’ÉTAT DEMEURERA TOUJOURS, soyez y fidèlement attachez et que votre exemple en soit un pour tous mes autres sujets, soiés tous unis, et d’accord, c’est l’union et la force d’un État. ET SUIVEZ LES ORDRES QUE MON NEVEU ?LE FUTUR RÉGENT? VOUS DONNERA. IL VA GOUVERNER LE ROYAUME, J’ESPÈRE QU’IL LE FERA BIEN. J’ESPÈRE AUSSY QUE VOUS FEREZ TOUS VOTRE DEVOIR, QUE VOUS VOUS SOUVIENDRÉS QUELQUES FOIS DE MOY?. AUX DERNIÈRES PAROLLES NOUS SOMMES TOUS FONDUS EN LARMES, et rien ne peut exprimer les sanglots, l’affliction et le déespoir de tout ce que nous étions... » (pp. 332-333). « M. de Saint-Simon répondit brusquement que non... » LA CASSATION DU TESTAMENT DE LOUIS XIV SOUS LA PRESSION DU RÉGENT ET DES DUCS DONT SAINT?SIMON EN 1715. « Relation de ce qui s’est passé au Parlement le lundy 2e septembre 1715... M. LE DUC DE SAINT?SIMON ÉLEVA SA VOIX POUR SOUTENIR LA PROTESTATION et demander qu’il luy en fut donné acte. Il interpella M. le duc d’Orléans s’il n’avoit pas promis à messieurs les ducs de faire régler leurs prétentions avant que l’assemblée fut fermée. M. le président de Novion prit la parolle, et dit qu’à l’occasion d’une assemblée aussy auguste convocquée pour les plus importantes affaires de l’État, il étoit hors de propos de mêler une contestation qui étoit entre des particuliers. M. le premier président dit que pour finir il n’y avoit qu’à donner acte à messieurs les ducs, que ce qui se passeroit dans la journée ne pouroit nuire à leurs prétentions. CELA AINSY APAISÉ, M. LE DUC D’ORLÉANS PARLA EN CES TERMES : «Messieurs, après tous les malheurs qui ont accablé la France, et la perte que nous venons de faire d’un grand roy, notre espérance est en celuy que Dieu nous a donné. C’est à luy seul, Messieurs, que nous devons à présent nos hommages, et une fidelle obéissance. C’est moy comme le premier de ses sujets qui doit donner l’exemple de cette fidélité inviolable pour sa personne... » Le manuscrit donne ensuite la teneur complète du testament de Louis XIV, et poursuit : ? PENDANT LA LECTURE DU TESTAMENT, M. LE DUC D’ORLÉANS NE PUT S’EMPÊCHER DE MARQUER SA SURPRISE PAR SES GESTES... M. LE DUC DE SAINT?SIMON INSISTANT TOUJOURS, M. DE VILLARS PRIT LA PAROLLE, et dit que le feu roy devant sa mort luy avoit fait l’honneur de luy déclarer quels étoient ses sentimens sur les contestations de Mrs les ducs, et qu’elle ne pouvoit être décidée qu’à leur avantage. M. le premier président luy répondit que le feu roy, avant de mourir, l’avoit assuré de tout le contraire... M. LE DUC DE SAINT?SIMON DEMANDANT TOUJOURS QU’IL LUY FUT DONNÉ ACTE, ET DISANT QUE CE N’ÉTOIT QUE SUR LA PAROLLE QUE M. LE DUC D’ORLÉANS AVOIT DONNÉ à Mrs les ducs que ce qui se passeroit dans la journée ne pouroit leur nuire ny préjudicier, que Mrs les ducs avoient bien voulu se soumettre, M. le président de Novion luy demanda où il vouloit que cet acte fût déposé. M. le duc de Saint-Simon dit que ce devroit être au greffe. «Sur ce pied-là, répondit M. de Novion, vous nous reconnoissez donc pour vos juges. M. DE SAINT?SIMON RÉPONDIT BRUSQUEMENT QUE NON... M. le duc d’Orléans dit qu’il recevroit l’acte de protestation... M. le duc du Mayne fut déchargé de la garde du roy contre l’avis seul de M. le comte de Toulouze [autre fils naturel légitimé de Louis XIV] qui dit qu’il ne pouvoit donner un avis si contraire aux dernières volontés du feu roy. Ce fut ainsi que finit la séance... » (pp. 344, 346-347, 358-359, 365-367). JOINT, 2 pièces : un court mémoire concernant un point d’étiquette, et une copie d’extraits des mémoires de Sainctot concernant la réception d’une ambassadrice. Avec en outre de nombreux marque-page manuscrits anciens EXEMPLAIRE AUX ARMES DES MARQUIS DE VERNEUIL (armoiries dorées sur les plats, OHR, pl. n° 2200, fer de grand format).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue