1951 HOTCHKISS 2050

Lot 134
Aller au lot

1951 HOTCHKISS 2050

Châssis n° 95109

Carte grise de collection









Deux canons croisés surmontés d’une grenade en feu, le tout entouré par un ceinturon fermé en boucle. Bien en évidence sur les radiateurs des véhicules Hotchkiss, cet emblème, copie presque conforme de l’insigne militaire américain de «l’Ordonance Department», rappelle sans ambiguïté les origines de la firme automobile Hotchkiss. Seuls quelques initiés avant-gardistes les ont adoptées. C’est en effet outre-Atlantique, dans le Connecticut, que s’installent vers 1640 les ancêtres anglais de Benjamin Berkeley Hotchkiss, le fondateur des Etablissements Hotchkiss.

Cette marque automobile française a toujours représenté le prestige automobile. Celle-ci tout comme Facel Vega à une époque, n’est pas encore reconnue à sa juste valeur.

Les toutes nouvelles berlines Hotchkiss quatre cylindres 13 CV et les six cylindres 3,5 litres 20 CV sont présentées au salon de Paris 1950. Elles prennent les noms de 1350 et 2050, ces noms reprenant simplement la puissance fiscale et l'année de présentation. En plus d'un tout nouvel avant, la principale nouveauté est la suspension avant à roues indépendantes. Le modèle 2050 est caractérisé par un moteur développant 130 CV avec ses deux carburateurs. Le journal « L’action automobile et touristique » considère que la 2050 « répond aux exigences des sportifs amateurs de longues croisières rapides dans le confort et la sécurité ». En 1951, Edmond Mouche et Maurice Worms partent de Lisbonne au volant d’une berline 2050 et terminent devant les 9 autres Hotchkiss engagées.

En comparaison avec ses concurrentes comme Talbot, Delage et Delahaye, elle est plus vive, plus maniable et plus légère. Les Hotchkiss 2050 sont des voitures rares, et bien illustrées dans l’excellent ouvrage de référence de Marc Antoine Colin dans son livre « Hotchkiss 1935-1955, L’âge classique », éditions E.T.A.I.

La conduite d'une 2050 est un vrai régal. C'est une voiture très agile et possède un confort de bonne qualité avec ses roues avant indépendantes et une suspension améliorée par l'ingénieur Grégoire à l'arrière. Il faut aussi noter que les grands freins sont à commande hydraulique et s'acquittent parfaitement bien de leur tâche.

L'exemplaire proposé a été immatriculé la première fois le 4 janvier 1951. Cette 2050 porte le numéro de série 95109 et n'a connu que deux propriétaires au cours des vingt dernières années. Elle a été entièrement restaurée il y a quelques années. Dans les mêmes mains depuis 15 ans, elle est prête à prendre la route pour de nouvelles aventures.

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue