1974 CHEVROLET Corvette C3 454ci Cabriolet

Lot 128
Aller au lot

1974 CHEVROLET Corvette C3 454ci Cabriolet

Numéro de série 1Z67Z4S409689

Même propriétaire depuis 1993

Expertise réalisée par Henri Pluton

Carte grise française



Les CORVETTE sont le résultat d’une volonté commerciale de contrer les importations dans les années 50 de voitures de sport européennes et du foisonnement d’idées novatrices des ingénieurs à Detroit. L’objectif était atteint avec une forme sportive de la carrosserie en matière plastique sur un bon châssis solide doté d’un moteur puissant. Au fil des années la mode a fait modifier l’esthétique et l’escalade perpétuelle de la puissance a abouti en 1973 au modèle C3 « Sting Ray 454 » examiné. « 454 » pour 454 cubic inch soit 7,5 litres de cylindrée : le « big block ». Compte tenu de la crise du pétrole de l’époque, tous les constructeurs avaient dû revoir la consommation de leurs modèles, ceci aboutissait à une diminution des puissances proposées.

Il s’agit là d’une Chevrolet Corvette C3 Cabriolet 454ci. La peinture rouge « Mille Miglia Red » de la carrosserie est aussi suggestive que le monogramme 454 figurant sur le capot. Elle a été appliquée lors d’une restauration réalisée avec soin même si certains petits défauts sont perceptibles. Le résultat est probant. La peinture est « tendue ». Les éléments de carrosserie sont bien positionnés ce qui permet des alignements et des jours parfaits. Les charnières et serrure de porte ne présentent pas de jeu, bien réglés elles permettent des ouvertures-fermetures sans difficulté. Les parties chromées sont brillantes. Les enjoliveurs de bas de caisse en aluminium portent chacun un petit défaut sans conséquence. Pare-brise teinté dégradé sans défaut. Les angles des vitres de porte sont ébréchés, ceci certainement lié à la présence d’un hard-top en très bon état avec sa lunette arrière, mais lourd et donc difficile à manipuler. La carrosserie est de type convertible, pas « T-Top » comme le sont bon nombre de C3. Même origine d’un petit défaut sur le haut des portes portant des traces de frottement du hard-top. Les feux et leur encadrement sont en très bon état. Aucun défaut relevé sur le châssis, véhicule au sol, le PV de contrôle technique ne mentionne pas de corrosion. L’ensemble en très bon état général ne présente pas la même élégance que l’ensemble d’une voiture européenne de la même époque mais il est largement suffisant pour profiter du soleil de Floride d’où vient la voiture ou de Californie. Les panneaux de porte, la planche de bord, sa boîte à gants sont en bon état, respirent le sérieux de la fabrication, la robustesse, sans se départir d’une esthétique US des années 70. Toutes les poignées sont opérationnelles. Les tapis ne sont pas usés, pas plus que les sièges confortables dont les dossiers rabattables permettent d’accéder au coffre arrière dont les garnitures sont comme neuves. Le hard-top est en bon état, comme l’est la capote en nylon, ses arceaux et sa lunette arrière souple. Une fois rabattue elle est invisible sous son cache rabattable (très bon état). A noter les vitres à commande électrique, le système de climatisation dont le compresseur porte l’étiquette « frigidaire », nom propre devenu nom commun par les « frenchies ». Présence d’un autoradio. Tout l’ensemble respire le très bon état général, sans jeu excessif, avec des serrures bien réglées permettant une utilisation sereine des portes, cache-capote, boîte à gants. Les roues avec leurs enjoliveurs dont un seul parait rayé, portent de gros pneus Bridgestone d’aspect quasi neufs mais à contrôler. Pour manœuvrer il faut une direction assistée, elle est en parfait état de fonctionnement après des travaux récents. Les remarques du contrôle technique soulignent la nécessité d’une révision du freinage et des feux mais rien de vraiment significatif qui pourrait remettre en cause l’intégrité de la voiture. Pour une voiture de 45 ans et affichant 58.608 miles (112.000 kilomètres) il est logique d’attribuer le qualificatif de « très bon » à l’état général des éléments de suspension et direction. La présence d’une boîte à vitesses mécanique à 4 rapports pour dompter les chevaux de ce modèle de Corvette le plus puissant à l’époque est quasi une exception car la plupart des « 454 » était livré en boîte à vitesses automatique. Le moteur n°10927 type L54, avec suffixe CWM confirme l’originalité de cet assemblage. Etanchéité de la pompe à eau à contrôler mais pas de trace de fuite d’un quelconque liquide sur le sol du garage où cette CORVETTE est stationnée. Si cette C3 n’a pas l’élégance d’une européenne, cependant elle présente l’avantage d’une qualité standard qui a bien supporté les années. Mise en marche moteur facile, ralenti stable, accélérations franches, pas de fumée ni bruit anormal, fonctionnement normal de l’embrayage, boîte à vitesses, pont. Faisceaux en bon état, batterie récente et alternateur sans anomalie. Le très bon état général, le faible kilométrage pour 45 ans d’utilisation, un moteur V8 puissant accouplé à une boîte à vitesses mécanique, tout ceci contribue à faire de cette Corvette une voiture exclusive. 1974 est le dernier millésime des CHEVROLET CORVETTE à proposer des moteurs de la cylindrée de 7500cm3. A ce titre cette C3 marque la fin d’une époque.

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue