1964 CHEVROLET Corvette Sting Ray Cabriolet

Lot 126
Aller au lot
Résultats avec frais
Résultat : 41 400 EUR

1964 CHEVROLET Corvette Sting Ray Cabriolet

Numéro de série 30867S105652

Livrée neuve en France

Expertise réalisée par Henri Pluton

Carte grise française

Les corvettes C1 avaient ouvert une brèche dans la suprématie des voitures de sport européennes sur le sol américain. Les C2 Coupé d’abord avec le « Split-Window » puis avec une lunette arrière plus classique affirmaient leur personnalité. Lorsque les C2 étaient des cabriolets avec hard top avec leur moteur « 327ci », c’était les européennes qui souffraient d’un complexe d’infériorité.



Il s’agit là d’une Chevrolet Corvette C2 entre les mêmes mains depuis 1985 et française d’origine. La carrosserie cabriolet (type 867) est en bon état sans défaut majeur de couleur « Silver Blue ». Il est vrai que le « body » en polyester renforcé de fibre de verre a des qualités propices à ne rien laisser paraître par sa qualité plastique. L’intérieur du capot moteur a été adapté à l’installation d’éléments mécaniques plus volumineux qu’à l’origine. Le soubassement est en parfait état et l’immobilisation du véhicule depuis des années n’a pas eu d’effets négatifs. Le basculement des phares est opérationnel, il en est de même des vitres latérales. Les chromes ne présentent pas de « piqures » de rouille, pour une voiture de 55 ans, chapeau ! Absence de jeu dans les charnières de porte. Celles-ci sont marquées par l’appui du hard top à leur extrémité. Très bon état général des garnitures, hormis celle du passage de roue avant gauche à recoller. A part cette anomalie temporaire, aucune remarque à faire sur la planche de bord, console centrale avec radio, tableau de bord, volant, boîte à gants, tapis de coffre. Les sièges sont beaux, sans défaut, leur assise et leurs dossiers ne sont pas déformés. L’enjoliveur de bas de caisse gauche était à refixer. Les quelques défauts relevés sont « très peu de chose » en comparaison de l’authenticité des éléments constituant ce poste. L’immobilisation avait laissé des traces sur les freins qui ont été révisés récemment avec remplacement des cylindres de roues. Les pneus sont désormais neufs, adaptés aux routes européennes modernes, ils étaient « d’époque » lors de l’examen. Direction à vis avec amortisseur de direction pour offrir plus de sensibilité au conducteur. Amortisseurs SPAX sans anomalie particulière. Avec son carburateur Rochester Quadrajet le moteur de 5,3 litres de cylindrée développe plus de 300 chevaux ce qui fait beaucoup à dompter avec un pont arrière rigide, un poids élevé à l’avant et une direction manquant de réactivité. Heureusement la boîte à vitesses automatique permet de laisser les 2 mains sur le volant. Après ce rappel en forme de client d’œil pour les amoureux de cavalerie généreuse, la mécanique n’appelle pas de commentaire si ce n’est pour indiquer que l’alimentation a été révisée du réservoir jusqu’au carburateur ainsi que l’allumage. Présence d’un alternateur plus fiable qu’une dynamo. Trace de quelques suintements d’huile sur le moteur, rien de visible ni sur la boîte à vitesses, ni sur le pont. Silencieux arrière récents adaptables. En 25 ans la voiture a parcouru 15 kilomètres ! Le numéro de série correspond à un modèle 63, fabriqué en décembre 1962, la carte grise indique une date de première immatriculation en 1964. Il est probable que ceci soit la conséquence d’une présentation de plusieurs mois dans un show-room. Le fait que cette voiture porte une plaque d’identification confirmant son origine « française » est un point important pour un collectionneur.

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue