BSA B44 VICTOR SPECIAL Numéro de cadre B44VSED11710 Moto... - Lot 37 - Osenat

Lot 37
Go to lot
Estimation :
4000 - 5000 EUR
Result with fees
Result : 4 800EUR
BSA B44 VICTOR SPECIAL Numéro de cadre B44VSED11710 Moto... - Lot 37 - Osenat
BSA B44 VICTOR SPECIAL Numéro de cadre B44VSED11710 Moto roulante et révisée Certificat FFVE A immatriculer en collection La Birmingham Small Arms Company ou plus simplement BSA est à l’origine un fabricant d’armes britannique fondé en 1961. Ce n’est qu’en 1906 que la firme assemble sa première motocyclette. Cinq ans plus tard, BSA met au point sa première moto de conception anglaise. Pendant la Grande Guerre, la production de deux-roues se poursuit mais BSA revient à son activité d’origine et produit donc des armes pour l’effort de guerre. Au sortir de la guerre, BSA s’en remet à la production de motos, priorisant la solidité à la vitesse. En 1920, elle sort un V-Twin qui connaîtra un beau succès commercial. Tant et si bien que la cylindrée sera portée de 770 cm3 à 986 cm3 dès 1922. En 1936 BSA célèbre les vingt-cinq ans du règne de George V en lançant la E22 Empire Star. Une autre machine sortit en parallèle, la De-Luxe qui, comme son nom l’indique, prônait le luxe et le raffinement. BSA va par la suite s’investir grandement en compétition et se démarquera notamment au Tourist Trophy en trial et en endurance. Lors de la Seconde Guerre Mondiale, BSA produit en majeure partie des monocylindres destinés aux troupes du Commonwealth mais l’usine immense est facilement repérable et devient alors victime de nombreux bombardements allemands. A l’issue du conflit, BSA est la plus grande usine moto du monde et la génération suivante marque un net progrès avec des modèles tels que l’A50 et l’A65 Thunderbolt. Au fil du temps, les bénéfices de la firme s’écroulent peu à peu alors que les marques japonaises arrivent sur le marché européen, revendiquant une grande fiabilité et des performances au sommet. L’entreprise BSA cherche à sortir la tête de l’eau en réalisant des motos sous la forme de mélanges de pièces japonaises et italiennes donnant naissance à des cyclomoteurs dénommés Brigand et Beaver. Malgré tout, l’usine n’a d’autre choix que de fermer ses portes en 1973. Auj
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue