Constant BOURGEOIS (1767-1841) « Vue du château... - Lot 399 - Osenat

Lot 399
Got to lot
Estimation :
1500 - 2000 EUR
Constant BOURGEOIS (1767-1841) « Vue du château... - Lot 399 - Osenat
Constant BOURGEOIS (1767-1841) « Vue du château de Navarre résidence de l’Impératrice Joséphine » Grand dessin signé en bas à droite, situé et daté « 1809 ». Sous verre. Cadre doré à palmettes avec passe-partout marqué. 38 x 46 cm - Cadre : 65 x 74 cm B.E. Biographie : Soldat de l’An II, il se consacre ensuite au dessin et à la peinture , il est un des élèves du peintre David. Constant Bourgeois aime particulièrement la peinture de paysages, et séjourne en Italie, d’où il envoie beaucoup de vues qu’il fait exposer au Salon à partir de 1791. Il est parmi les premiers peintres de panoramas et ses paysages d’Italie, de France et de Suisse sont particulièrement appréciés. Sous le Consulat, Vivant Denon le charge de dessiner des scènes des campagnes de Bonaparte , Bourgeois expose ainsi, au salon de 1800, six dessins panoramiques où il représente Toulon en 1798 et le départ de l’expédition d’Égypte. Bourgeois reçoit de nombreuses commandes officielles. Il peint pour le Grand Trianon et pour le château de Fontainebleau. Napoléon lui demande un tableau de l’armée à Aschaffenbourg, les musées exposent ses œuvres. Sous l’Empire puis sous la Restauration, il expose dans les salons, pendant plus de trente ans. Au Salon de Paris, il expose notamment Vue du château d’Ussé en 1810 , Vue du château de Pau en 1817 , François Ier à Vaucluse en 1819 , Vue prise dans un bois de chênes verts en 1831. Il reçoit plusieurs distinctions, une médaille d’or, plusieurs prix de paysages et bénéficie d’un logement de fonction au palais du Louvre. Historique : Le château fut reconstruit en 1686 par Jules Hardouin-Mansart pour le duc de Bouillon. En 1809, la vente en fut faite aux enchères, Napoléon s’en rendit adjudicataire, moyennant la somme de 900 000 francs. En 1810, après son divorce, il l’offrit en cadeau à l’Impératrice Joséphine, faite duchesse de Navarre, qui l’habita pendant deux ans. Il alla même la visiter trois fois dans son nouveau domaine. Joséphine s’était plu à embellir ces lieu
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue