Alfred DE DREUX (Paris, 1810 - 1860) «Le... - Lot 331 - Osenat

Lot 331
Got to lot
Estimation :
30000 - 40000 EUR
Alfred DE DREUX (Paris, 1810 - 1860) «Le... - Lot 331 - Osenat
Alfred DE DREUX (Paris, 1810 - 1860) «Le Cuirassier blessé» Huile sur toile Signé en bas à gauche 81,5 x 100,5 cm Enfant, Alfred De Dreux passa plusieurs années à la villa Médicis, son père ayant obtenu le grand prix de Rome d’architecture. Il se forma chez Théodore Géricault, ami de sa famille, puis chez Léon Cogniet, et débuta au Salon en 1831 avec un Cheval sautant un fossé et un Intérieur d’écurie. Le cheval fut durant toute sa carrière son thème de prédilection, que ce soit dans des scènes militaires, historiques ou cynégétiques, dans des portraits équestres, des représentations de courses, de promenades ou d’écuries. L’art noble et brillant de De Dreux lui apporta une célébrité rapide, la société parisienne raffinée acclamant chacune de ses toiles. Le jeune artiste présenta au Salon de 1834 quatre toiles : une Scène de chevaux et trois peintures militaires, Un petit trompette, Cuirassier combattant et Cuirassier blessé qui est notre œuvre. Elle met en scène deux cuirassiers : l’un, mortellement blessé à la tête, montant avec difficulté un étalon noir à bout de souffle, est accompagné par un camarade pied à terre qui tient les rênes des deux chevaux et semble préoccupé par l’état de son ami. Le tableau porte le titre qui rappelle celui d’une œuvre monumentale de Géricault exposée au Salon vingt ans plus tôt, Le Cuirassier blessé, quittant le feu (musée du Louvre, inv. 4886). À l’instar de son maître, De Dreux propose une composition quasi-allégorique, plaçant ses personnages dans un environnement inidentifiable fait de fumée, rochers et terre battue. Seulement peut-on imaginer que le chemin sablonneux que suivent les deux militaires évoque les contrées désertiques d’Algérie où l’armée française combattait depuis 1830. En revanche, alors que Géricault fait prendre à son beau jeune homme une posture énergique digne d’un héros d’antiquité et dissimule sa plaie, De Dreux prive son blessé de toute gestuelle et de force et macule de sang le bandage qui entoure sa tê
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue